Mariage collectif

Issus de milieux défavorisés : Mariage collectif pour près de 200 couples à Ghardaïa

Près de 200 couples issus de milieux défavorisés ont convolé en justes noces durant le week-end dans différentes localités de la wilaya de Ghardaïa, au cours de cérémonies de mariage collectif, dans la pure tradition ancestrale de la région.

Initié par le tissu associatif (associations de quartiers et autres religieuses), l’évènement a attiré une foule nombreuse composée de proches des mariés, des autorités locales, de visiteurs et autres touristes.
Organisées durant les vacances de printemps dans la convivialité et la solidarité, ces cérémonies de mariage sont entièrement financées par des bienfaiteurs et donateurs, dans le but de consolider les liens sociaux et de promouvoir la culture solidaire. «L’objectif est d’encourager le mariage conformément à nos valeurs islamiques et d’aider les jeunes en difficulté financière à enterrer la vie de célibat et s’intégrer dans la société avant de tomber dans la dépravation », a indiqué Hadj Mohamed, un des organisateurs d’un mariage collectif d’une vingtaine de couple au quartier de Theniet-El-Makhzen (Ghardaïa). Cet événement, dédié aux plus modestes, est organisé dans la pure tradition de la région de Ghardaïa qui s’inspire des rituels ancestraux d’entraide et de solidarité instaurés dans les différents ksour du M’zab, a affirmé, de son côté, B. Metahri, membre organisateur d’un mariage collectif dans le Ksar de Mélika. Les mariages collectifs sont une occasion pour promouvoir les valeurs de solidarité et de cohésion sociale dans notre localité selon nos traditions ancestrales de mariage, a abondé dans le même sens Youcef Azzouz, un notable de Daya Ben-Dahoua. Après le dîner de mariage composé essentiellement d’un couscous garni de viande de chamelon, préparé avec les dons des bienfaiteurs, la tradition veut que les futurs mariés, accompagnés de leurs vizirs (aide camps) et munis d’effets vestimentaires de circonstance s’installent devant les centaines d’invités sur une estrade aménagée pour l’occasion pour l’ultime cérémonie d’habillage du nouveau marié.
La cérémonie d’habillage, très attendue dans la soirée de mariage, connait la présence outre les membres des familles et amis des jeunes mariés, des bienfaiteurs, donateurs et des autorités locales ainsi que de nombreux touristes et visiteurs de passage dans la région. De nombreux visiteurs et touristes, qui se rendent à Ghardaïa pour la première fois, souhaitent découvrir l’authenticité et l’originalité du mariage collectif ainsi que le rituel d’habillage des mariés, ce qui a incité les tour-operators de voyage à inclure dans leurs prestations ce rituel de célébration de Mariage à Ghardaïa. La tradition veut que chaque nouveau marié soit habillé par un imam choisi au préalable par sa famille, devant l’assistance qui fredonne des chants religieux. En parallèle, une cérémonie d’habillage réservée exclusivement aux femmes est également organisée chez les futures épouses, a-t-on fait savoir. Selon un organisateur de mariage groupé d’une cinquantaine de couple à Berriane, les préparatifs ont pris plusieurs mois, précisant que les jeunes mariés ont bénéficié, de tout un programme de préparation, selon le cérémonial local, sur le rôle de l’institution du mariage dans la consécration des valeurs de stabilité et de prospérité dans la société. Des prêches portant sur les vertus du mariage dans la consécration des valeurs de stabilité et de la solidarité sociale ainsi que le rôle du couple dans la consolidation de la cohésion de la société musulmane sont prononcés durant les différentes cérémonies de mariage par des imams.
Interrogé par l’APS, un membre organisateur du mariage collectif à Ghardaïa a soutenu que les coûts des cérémonies de mariages sont très élevés et handicapent de nombreux jeunes à former une famille, précisant que son rôle est d’aider les jeunes issus des familles pauvres à accéder à la vie conjugale et construire un foyer. Les circonstances sociales et économiques ont minimisé la tendance d’une célébration faste, a souligné un universitaire de la région, ajoutant que les nouveaux couples et leurs familles se mettent la plupart du temps d’accord pour réduire les coûts en s’intégrant dans les cérémonies de mariage collectif.