Violence

Intemperies : Routes bloquées, habitations inondées et des régions tombées dans l’isolement

Après plusieurs journées ensoleillées, les pluies abondantes accompagnées de vents forts soufflant en rafales et suivies parfois de grêle, ont fait leur retour, depuis vendredi dernier, dans plusieurs régions du pays.

Avec ce changement climatique brusque, la bénédiction du ciel s’est vite transformée en inondations qui ont causé le blocage des routes et plusieurs axes routiers à travers le pays, au Centre et à l’Est, laissant derrière, les populations désemparées, malgré la forte présence des secouristes.
En effet, alors que les services météorologiques ont émis un BMS annonçant que les pluies se poursuivront jusqu’à la soirée d’hier, plusieurs villes et localités du pays étaient inondées, des routes quasiment coupées, en raison des pluies diluviennes qui se sont abattues depuis ce vendredi, sur le Nord du pays et les régions des Hauts-plateaux. La persistance des mauvaises conditions météorologiques s’est poursuivie durant plus de 48 heures, et les fortes précipitations ont continué à s’abattre pour toucher les wilayas du Centre et de l’Est du pays, où, les cumuls devaient atteindre, voire même dépasser localement les 60 mm. Malheureusement, il n’y a pas que des dégâts des suites de ces intempéries. En effet, la Protection civile, dans un bilan de deux jours, fait état de quatre personnes décédées à travers le pays, alors que le nombre des interventions s’élève à 2638 cas. D’ailleurs, les services de la Protection civile ont été submergés par des appels de secours, en raison des dégâts occasionnés par les infiltrations des eaux pluviales. Cependant, les équipes de secours de la Protection civile ont eu «beaucoup de difficultés» à atteindre certaines localités isolées, même si les équipes de ce corps constitué sont restées sur le qui-vive et gardé l’état d’alerte intact. Ainsi, l’unité secondaire de la Protection civile de la Daïra de Bordj Emir Abdelkader, de la wilaya, et intervenue pour héberger une famille nomade, composée de 7 personnes, dans une tente appropriée, après que leur habitation de fortune ait été emportée par les eaux. Pareille situation pour les wilayas de Sétif, Guelma, Annaba, Batna et bien d’autres, du Centre et de l’Est du pays, où les pluies torrentielles ont causé l’isolement de plusieurs communes et ont engendré la fermeture de plusieurs routes principales

Effondrement d’un pont à Chiffa (Blida)
à Blida, les intempéries ont causé la fermeture d’axes routiers et même l’effondrement d’une structure au niveau de la Chiffa. En effet, le groupement de Gendarmerie nationale de Médéa a fait état de la fermeture de la route nationale N° 1, reliant Blida à Médéa, à cause de la remontée des eaux qui bloquent la chaussée au niveau de cet axe routier. Tôt la matinée de la journée éprouvante d’hier, la circulation a été déviée et les automobilistes ont été orientés vers d’autres routes nationales, selon ce corps de sécurité repris par l’APS. Ce même axe (Médéa-Chiffa), a aussi connu un second « arrêt total », qui a été occasionné, par une série d’éboulements de rochers, survenus entre les deux tunnels des gorges de la Chiffa et à l’entrée nord de la localité d’El-Hamdania, a ajouté la même source. Fait saillant largement relayé via une vidéo amateur, tôt dans la matinée d’hier, sur les réseaux sociaux, un effondrement partiel d’un pont, récemment construit au niveau d’oued Chiffa, à Blida, s’est produit.
Mohamed Amrouni