Tunisie

ILS SONT PLUS DE 7 000 INSCRITS DANS 11 BUREAUX : Les Tunisiens résidant en Algérie votent dans de «bonnes conditions»

L’opération de vote de la communauté tunisienne résidant en Algérie, pour élire un nouveau président de la République s’est poursuivi hier, pour le troisième jour d’affilée au niveau des 11 centres de votes installés dans les différentes wilayas du pays.

Ces derniers étaient appelés à choisir leur Président parmi 26 candidats, tout au long de ces trois jours, dans un climat d’espoir et d’optimisme pour l’avenir de leur pays. Au niveau d’Alger, les Tunisiens ont accompli leur devoir au siège de l’ambassade sis à El Mouradia. À en croire les propos de Mme Lamine Naouel, présidente du bureau de vote n°01 (Alger-centre), «l’opération s’est déroulée dans de bonnes conditions à l’exception de quelques lacunes liées au fichier électoral». En effet, dans une déclaration au Courrier d’Algérie, Mme Lamine a signalé que «de nombreux ressortissants n’ont pas trouvé leur noms sur le fichier électoral, et n’ont donc pas pu accomplir leur devoir». Dans la foulée, elle a souligné la nécessité que le fichier soit «révisé». Pour ce qui est du nombre d’inscrits, la présidente du bureau a précisé qu’ils sont plus de 7 100 sur le territoire algérien. Dans le détail, elle a fait savoir que les wilayas de l’Est, comptent le nombre le plus important d’inscrits. Au total, ils sont plus de 6 000 personnes dans les bureaux d’Annaba, Guelma, El-Taref, Constantine, Souk-Ahras, Sétif, Tébessa, Batna et El-Oued.
Pour ce qui est du centre du pays, Mme Lamine a avancé un total de 859 inscrits dans le bureau d’Alger Centre, contre 230 à Oran (Ouest du pays). Interrogée, entre autres, sur les observateurs, notre interlocutrice a fait savoir qu’«un seul observateur a été envoyé dans le bureau d’Alger. Il représente le candidat Mahdi Jomaa, candidat du parti El-Badil Ettounsi». Hélas, celui-ci n’a pas été présent sur les lieux lors de notre déplacement. Pour ce qui est de l’opération de tri, Mme Lamine a fait savoir que celle-ci «sera entamée dès la fermeture du bureau à 18h, tandis que les résultats seront envoyés en Tunisie». Concernant les électeurs, ils étaient optimistes d’élire un nouveau président, bien que certains d’entre eux aient exprimé des craintes quant à la fraude. C’est le cas d’une femme rencontrée dans le bureau à Alger, qui a précisé qu’elle «espère que le prochain président puisse relever les défis auxquels est confronté son pays». «J’espère de tout cœur que le prochain Président sera élu en toute transparence pour qu’il puisse apporter des changements concrets», a-t-elle dit, tout en appréhendant, toutefois «la fraude» !
Bien que la Tunisie est désormais habituée à l’opération électorale, puisqu’elle est à son sixième scrutin, véritablement pluraliste, après les élections générales de 2011, 2014 et les municipales de 2018, certains tunisiens installés en Algérie expriment des craintes, notamment ceux qui «étaient surpris de ne pas figurer sur le fichier électoral au bureau d’Alger». Il est utile de rappeler que le scrutin présidentiel pour les Tunisiens établis à l’étranger, notamment en Algérie, a débuté vendredi dernier pour se terminer hier, à 18h. L’annonce des résultats du scrutin des Tunisiens établis à l’étranger sera rendue publique en même temps que les résultats du scrutin en Tunisie; soit demain. Par ailleurs, il est à rappeler qu’ils sont 26 à concourir dans cette élection présidentielle anticipée, organisée après le décès du président Béji Caïd Essebsi. L’Instance d’organisation des élections tunisiennes se charge de rendre publics les résultats préliminaires. Le Président doit obtenir la majorité absolue des voix pour être élu au premier tour. Dans le cas contraire, les deux candidats ayant le plus de voix seront opposés lors d’un second tour qui aura lieu après 15 jours.
Lamia Boufassa