ILS ONT MARCHÉ HIER À TRAVERS LE PAYS : Les avocats récusent la nomination de Fenniche

Les avocats ont organisé, hier, une marche pacifique, à travers différentes wilayas du pays pour le changement du système politique en place. À travers leur action, les hommes et femmes de droit ont exprimé leur opposition à toute démarche visant «le recyclage du système». Comme ils se sont opposés aussi à la nomination de Fenniche en remplacement de Belaïz qu’ils considèrent d’acte «anticonstitutionnel».

L’action des avocats à travers le pays a été l’occasion, pour eux, de réitérer leur adhésion et soutien au mouvement populaire pacifique pour le changement du système politique en place et l’édification d’un État de droit.
Ainsi, les robes noires ont marché à Sidi Bel Abbès, Biskra, Bouira, Annaba, Tizi-Ouzou, Alger, Boumerdès, Béjaïa… etc. pour ne citer que ces wilayas où la mobilisation a fait beaucoup de bruit. Les manifestants ont sillonné les rues et boulevards des villes du pays, emblème national déployé avec fierté, des banderoles brandies exprimant des slogans hostiles au pouvoir, le tout en récusant la nomination de Fenniche à la tête du Conseil constitutionnel, d’abord sur le plan juridique et puis après politique.
Lors d’une marche organisée à Tizi-Ouzou, par exemple, l’avocate Nabila Smaïl a déclaré aux médias que « la nomination de Kamel Fenniche, mardi dernier, à la tête du Conseil constitutionnel est une grave violation de la Constitution», en poursuivant : «Revenez à l’article 183, parce que normalement cela relève des prérogatives du président de la République. Or, nous n’avons pas de Président», a-t-elle indiqué comme pour battre en brèche l’argument juridique.
Lilia Sahed