Ils comptent organiser un rassemblement national demain : Les intendants de l’Éducation reviennent à la charge

Après la grève organisée du 9 au 13 septembre dernier, les fonctionnaires des services économiques du secteur de l’éducation nationale ne décolèrent pas. à travers un rassemblement national prévu demain devant la direction de l’éducation de la wilaya de Batna, ils affichent leur attachement à leur plateforme de revendication et ce malgré les menaces de sanctions lancées par la première responsables du secteur, Nouria Benghebrit. Le début de cette année scolaire 2018/2019 n’a pas été calme pour le secteur de l’éducation nationale. à peine les cours entamés qu’un mouvement de contestation a été très vite déclenché par la coordination nationale des fonctionnaires des services économiques affiliée à l’UNPEF. Cette organisation syndicale avait appelé le corps des intendants à travers le territoire national à une grève générale de 5 jours (du 9 au 13 septembre) et à des sit-in régionaux dans plusieurs wilayas. Cette action n’ayant pas permis aux intendants d’atteindre leur but escompté, notamment, un appel au dialogue par la tutelle, a poussé les représentants de la coordination à décider de la poursuite de la contestation. En effet, dans un communiqué rendu public samedi dernier, le syndicat a annoncé, suite à la tenue d’une assemblée générale urgente, l’organisation d’un rassemblement national le 19 septembre 2018 à partir de 10h devant le siège de la direction de l’éducation de la wilaya de Batna. Dans le communiqué, le syndicat a dénoncé l’exclusion «volontaire» des intendants par le ministère de l’Éducation dans le processus des nouvelles classifications dont ont bénéficié plusieurs corps du secteur. En réponse à cette grogne, il convient de rappeler que la ministre, Nouria Benghebrit, avait indiqué, samedi dernier, que la loi sera appliquée et que des ponctions sur salaire des grévistes seront effectuées. La ministre a, en outre, estimé que le pourcentage de suivi de la grève, lancée par les intendants de l’éducation, n’était pas important. Selon elle : «Le mouvement n’a pas influé sur le bon déroulement de la rentrée». concernant la revendication principale des intendants ; à savoir : leur appel à l’intégration dans la nouvelle grille indiciaire des grades et le régime de rémunération des corps spécifiques du secteur en application du décret présidentiel 14-266 du 28 septembre 2014 modifiant et complétant le décret présidentiel 07-304 du 29 septembre 2007, Nouria Benghebrit avait expliqué que cette démarche n’a profité qu’à 42% des fonctionnaires du secteur de l’Éducation seulement, et ne toucherait pas, d’après elle, tous les corps.
Ania Nait Chalal