Amical Algérie-Burundi Mahrez

Il promet d’être prêt pour le 1er match de la CAN : Mahrez parle des bienfaits du stage de Doha

Ce n’est un secret pour personne. La sélection algérienne trouve toujours toutes les peines du monde pour s’imposer au fin fond de l’Afrique, là où les conditions climatiques sont souvent très difficiles à supporter. Mais les différents sélectionneurs nationaux qui se sont défilés à la barre technique des Verts depuis plusieurs années, ont rarement songé à préparer leur équipe, avant une CAN, dans des conditions semblables à celles où se déroule la messe footballistique continentale.
Mais l’actuel coach national semble en avoir tiré les leçons, comme l’atteste le stage d’avant CAN qu’il a choisi de faire dérouler à Doha, dans des conditions de loin identiques à celles prévalant en Egypte, le pays qui abritera le rendez-vous africain à partir du 21 juin en cours. En tout cas, du côté des joueurs, l’on se réjoui déjà de cette option, eux qui ont eu toutes les difficultés du monde pour tenir le coup face au Burundi lors de leur premier match amical sur le sol qatari, et joué sous une très forte chaleur conjuguée à un taux d’humidité très élevé.
Le capitaine d’équipe, Ryad Mahrez, affiche d’ailleurs sa satisfaction de pouvoir préparer la CAN dans de telles conditions qui offrent aux Verts la possibilité de s’acclimater avec les conditions devant régner en Egypte lors de la compétition officielle.
Il dira à ce propos : «Dans les autres coupes d’Afrique, on arrivait 3 à 4 jours avant le premier match de la compétition, là je pense qu’on a progressé dans l’approche. Car là, on est presque dans les mêmes conditions qu’en Egypte. Face au Burundi, ce fut notre premier match amical. Je suis persuadé qu’on va monter en puissance». Malgré cela, il a jugé «correcte» la copie rendue par ses camarades et lui dans cette rencontre, même s’il reste persuadé qu’ils auraient pu faire mieux qu’un match nul. «Le plus important c’est le fait de n’avoir pas perdu, on va essayer de mettre notre jeu en place et monter en puissance également», a-t-il ajouté.
En jouant face à un bloc défensif, les Verts en savent déjà quelque chose de ce qui les attend lors de leur premier match de la CAN contre le Kenya. Mahrez en est conscient : «Le coach a fait en sorte qu’on affronte une équipe qui ressemble dans son jeu au Kenya, et je pense que ça sera la même opposition qu’on aura lors de notre entrée en lice en Coupe d’Afique, mais comme je l’ai dit, on a eu un peu du mal devant, on doit tirer des enseignements de ce match, essayer de progresser et faire en sorte être prêt le 23 juin prochain», a-t-il conclu.
Hakim S.