ould-abbas

Il avait préféré choisir le mode de vote au bureau de l’APN : Ould Abbès se fait piéger

Le SG du Front de libération nationale (FLN), Djamel Ould Abbès, a fait preuve d’un bon stratège en décidant d’organiser des élections « libres et démocratiques » pour choisir les candidats du parti au sein des structures de l’APN.

Mais, en regardant les nouvelles têtes montées par l’urne, rien, n’est en réalité pour conforter les aspirations du leader de l’ex-parti unique. Ould Abbès a pourtant bien clarifié sa ligne depuis le début. Critiqué et contesté publiquement par un groupe de militants et de députés qu’il a exclu récemment de la nouvelle composante de bureau politique, lui reprochant de vouloir s’emparer à tout prix du parti, Ould Abbès a réagi pour anticiper un mouvement de contestation interne. Il décide ainsi de ne pas refaire la même erreur à la veille du renouvellement des vice-présidents et chefs de commissions de l’APN. «Le SG a décidé, à cet effet, l’organisation d’élections libres et démocratiques concernant l’ensemble des postes à pourvoir», a-t-il affirmé dans une note adressée à son nouveau président de groupe parlementaire, Moad Bouchareb. Cela « pour consacrer le principe d’égalité des chances entre mesdames et messieurs les députés du parti et dans l’objectif de vous permettre de réaliser vos ambitions légitimes d’occuper des postes de responsabilité au niveau des structures de l’Assemblée », a-t-il ajouté. Cette nouvelle approche du SG du FLN vise apparemment à lui éviter d’être encore une fois dans l’œil du cyclone et surtout l’ouverture d’un nouveau front de contestataires à l’approche de l’organisation de la session du comité central du parti. Cependant, la nouvelle équipe de responsables issue des élections à l’APN ne semble pas venir conforter les calculs d’Ould Abbès. Les vice-présidents et chefs de commissions choisis par les députés ne sont pas tous des alliés et plus proches de chef de parti. Des figures sur lesquelles le SG comptait et mettait ses espoirs n’ont pas pu simplement recueillir le nécessaire des voix. Mais les résultats du vote des parlementaires FLNistes n’ont pas surpris uniquement Ould Abbès.
Ainsi, les députés très en vue – et récemment devenu très agitateur – Mohammed Djemaï, n’a pas pu conserver son poste de vice-président. Il est devancé par Triche Abderrezak (Tlemcen) avec 76 voix, contre 71 pour Djemaï. On se rappelle, Ould Abbès avait menacé d’exclure et de différer devant la commission de discipline Djemaï et également l’ancien vice-président de l’APN, Bahaedine Tliba. Ce dernier n’a pas pu également décrocher un poste dans les nouvelles instances de l’Assemblée. Suite à ses élections, le parti a émis un communiqué, où il se félicite des résultats du vote, qui s’est déroulé « dans des circonstances marquées par la transparence, la démocratie, et une concurrence loyale entre les enfants de parti». «Le Bureau politique salue l’esprit de grande responsabilité dont ont fait preuve les députés du FLN lors de ce vote, le premier en son genre. Et cela eu égards à son organisation, encadrement et la participation record et impressionnante des dames et messieurs les députés dans ce paysage de concurrence démocratique», a écrit le parti dans un communiqué. Le FLN a félicité, à travers le même communiqué, les «députés vainqueurs lors de ce vote de la confiance placée en eux par leurs homologues à l’Assemblée. Il les invite ainsi à fournir plus de mobilisation pour continuer leur soutien absolu au programme de président de la République et également président du parti, Abdelaziz Bouteflika, pour renforcer la stabilité et continuer les efforts de développement durable ».
Hamid Mecheri