benghebrit

La mesure touchera dans un premier temps le cycle primaire : Benghabrit à pied d’œuvre contre la surcharge des classes

Étant au centre des préoccupations des associations de parents d’élèves et des syndicats du secteur de l’Éducation, la surcharge des classes est désormais un problème pris en charge. À travers des instructions données aux chefs d’établissements primaires, Nouria Benghabrit a appelé à la réduction du nombre d’élèves dans les classes. Cette instruction devra être appliquée à compter de la prochaine rentrée scolaire. Pour la première responsable du secteur de l’Éducation nationale; qui s’est exprimée dimanche soir à Blida en marge de la clôture des travaux d’un atelier de formation au profit des inspecteurs de l’éducation des trois cycles scolaires, cette démarche tend à améliorer les capacités d’assimilation chez les élèves. Benghabrit a, en effet, indiqué que des instructions ont été données aux différents directeurs des écoles primaires pour la prise de mesures portant réduction du nombre d’élèves au niveau des classes scolaires. La priorité sera accordée, en premier lieu, aux classes de première et deuxième année scolaire permettant à l’enseignant d’améliorer son rendement et d’augmenter la capacité d’assimilation chez les apprenants, a-t-elle ajouté, soulignant, dans le même cadre d’idée, l’intérêt majeur qu’accorde son département ministériel au cycle primaire. Toujours dans le cadre de cette démarche, la ministre a souligné que l’enseignement des classes de première et de deuxième année primaire sera accordé aux enseignants ayant une expérience avérée. Mettant en avant le rôle axial de l’inspecteur de l’éducation dans la formation de l’enseignant novice, Benghabrit a souligné l’importance accordée par le ministère au domaine de la formation afin de hisser le niveau de l’école algérienne et ce dans le cadre de la stratégie engagée par ses services depuis 2014.

Un pas salué par les parents d’élèves
De son côté, l’Association nationale des parents d’élèves a relevé que les responsables du ministère ont tardé à prendre en main le problème de la surcharge des classes mais a tout de même salué ce pas. L’association a appelé, toutefois, à l’application concrète de ces mesures sur le terrain et au respect des engagements.
Selon Fatiha Bacha, membre de l’association, il n’était pas concevable que des classes puissent contenir plus de 55 élèves, alors qu’en se référant aux normes, le nombre d’élèves ne devrait pas dépasser 30 par classe. «Nous avons même dénoncé le fait qu’il ait trois élèves par table», a-t-elle déclaré à la chaîne de télévision Ennahar. Commentant le fait que la décision de la ministre ne concerne en premier lieu que le cycle primaire, F-Bacha a estimé que ce palier est la base de l’enseignement et qu’il faut redoubler d’efforts pour améliorer au maximum les conditions de travail et pour les enseignement et pour les élèves.
Ania Nait Chalal