Il annonce un programme de 10 milliards DA destinés à l’exploration des sites : Le ministre Yousfi mise gros sur l’industrie minière

«Le secteur des mines est une richesse colossale comparable aux hydrocarbures, sauf que «l’activité minière reste à développer». C’est par ces mots forts, pragmatiques et importants, que le ministre de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, a entamé, hier à Alger, un long discours, lorsqu’il a été invité à animer le Forum du quotidien francophone El Moudjahid. N’ayant pas bonne mine en abordant le volet des mines, le ministre du secteur s’est désolé en indiquant que «le pays compte quelque 1440 exploitations minières en activité, essentiellement des carrières et des sablières. En somme, l’exploitation de ces dernières rapporte quelque 56 milliards de dinars». Continuant ces dires, le ministre Yousfi, indique que «nous devons travailler davantage pour développer ce secteur».
En fait, si l’ont croit le ministre de l’Industrie et des Mines, cet objectif de développement de l’activité minière ne restera pas lettre morte ! Le ministre révélera qu’une enveloppe de 10 milliards de dinars vient d’être allouée pour financer les opérations d’exploration minière.
L’objectif : lancer, dans les plus brefs délais, plusieurs projets d’exploitation et d’extraction des minéraux de métaux rares, dont l’or en fait partie. Plus explicite, le ministre indiquera qu’il existe plusieurs gisements économiquement exploitables et qui pourront renflouer les caisses de l’État. Dans ce sillage, le ministre note que ces opérations d’exploration vont créer les conditions permettant une bonne préparation pour l’avenir de ce secteur et de lui faire une place importante dans l’économie nationale. « Le gouvernement a pris la décision d’investir massivement dans l’exploitation du gisement de phosphate»
«Un important gisement de 500 millions de tonnes de phosphate a été fraichement découvert, suite à plusieurs opérations d’exploration dans la régionde Bir-El-Ater (Tébessa). Il annonce, dans ce sens que ce projet d’exploitation sera entamé et accompagné de la réalisation de plusieurs pôles industriels et autres projets, notamment le transport ferroviaire, les bases de vie, le traitement primaire du phosphate et sa transformation chimique et industrielle afin de produire plusieurs types d’engrais.
L’autre bonne nouvelle c’est que d’autres travaux d’exploration ont été positifs : 80 millions de tonnes de fer dans les seules mines de l’Ouenza et de Boukhedra. Ces deux importants gisements de fer sont situés sur les frontières algéro-tunisiennes, entre la wilaya d’El-Oued et celle d’El-Taref. S’appuyant sur le langage des chiffres, le ministre du secteur a estimé que «ce taux permettra de prévoir une nette augmentation de la production nationale». Ce projet, dont l’investissement est d’environ 1 500 milliards de dinars, portera la production nationale de phosphate à 8 fois les capacités actuelles, pour atteindre les 10 millions de tonnes par an, a précisé Yousfi.
Et ce n’est pas tout ! Puisque le ministre a fait savoir que «le département est en train d’accroître les explorations, autours d’un bon nombres de gisements qui existent, en particulier ceux contenant de la «baryte», une espèce minérale qui est utilisée dans l’industrie des hydrocarbures ». Le ministre de l’Industrie et des Mines n’a pas manqué cette occasion pour faire savoir que « la relance du projet de la mine d’or au sud du pays est actuellement en cours de préparation ». Ajoutant que «les négociations sont en cours avec des entreprises mondiales connues concernant ce projet au regard des réserves importantes d’or ».
Mohamed Amrouni