kacimip4

HASSANE KACIMI, EXPERT DES QUESTIONS STRATÉGIQUES, MET EN GARDE : «La poudrière du Moyen-Orient aux portes de l’Algérie»

Les derniers incendies de forêts d’origine criminelle qui ont touché plusieurs régions du pays, avec en particulier des conséquences dramatiques en Kabylie en proie à des tensions au lendemain de l’assassinat du jeune Djamel Bensmail, fait réagir l’expert des questions stratégiques et migratoires, Hassane Kacimi, lequel a levé le voile sur les intentions belliqueuses visant la déstabilisation de l’Algérie.

Ainsi, nous apprend Kacimi, à travers l’assassinat odieux du jeune de Miliana, survenu le 11 août à Larbaâ Nath Irathen, à Tizi-Ouzou, dans le contexte des incendies qui ont dévasté la région, vise ni plus ni moins à provoquer des confrontations entre Algériens. À ce moment-là, et sous un angle plus ample de ce scénario, la situation aurait dégénéré davantage et profiterait aux comploteurs pour mener à bien leur plan diabolique. « Les frontières algériennes sont entourées d’un brasier et le pays est visé par des complots », met en garde, d’emblée, Hassane Kacimi, s’exprimant, hier, à l’émission l’Invité de la Rédaction de la chaîne3.
Dans un premier temps, le crime commis à L.N.I, « la région d’Abane Ramdane », vise à « isoler la Kabylie  et à  provoquer des confrontations entre Algériens », explique l’expert, évoquant des velléités de produire une guerre civile en jouant sur les sensibilités ethniques entre citoyens d’un même pays. « Les objectifs étaient pervers. C’est de provoquer une confrontation entre Algériens à une large échelle et d’isoler la Kabylie en présentant la population kabyle comme une population opprimée en vue d’internationaliser la question Amazigh », développe Hassimi. Ce dernier renvoie de ses propos le MAK, pointé du doigt derrière ces incendies le tout sous les auspices du couple Makhzen-Mossad. Sur ce, d’ailleurs, l’invité de la radio a salué les hautes autorités algériennes qui ont, à travers le Haut Conseil de sécurité, pris des mesures « très importantes » pour faire avorter ces complots. « Le MAK  est passé sous la coupe du Mossad et des services secrets marocains », précise Kacimi, qui avertit contre un complot allant dans le sens de « libanisation du Maghreb par l’introduction de clivages entre Kabyles et arabes et de  pousser à des confrontations sanglantes ». Poussant son analyse jusqu’à toucher du doigt la source du mal, autrement les enjeux stratégiques de l’entité sioniste avec son servile du jour, le Makhzen, Kacimi dira que « la poudrière du Moyen-Orient se déplace vers le Maghreb ». Derrière cette évolution dangereuse dans la région, explique-t-il, il y a derrière la mondialisation  qui arrive « à son niveau le plus extrême qui se caractérise par le développement de phénomènes violents et dont les conséquences sont l’affaiblissement des États et la paupérisation des populations ».
Interroger pour apporter son expertise en vue de faire face à cette situation à laquelle est confrontée l’Algérie, Kacimi appelle au renforcement du front intérieur à travers un soutien et une adhésion au programme du président de la République. « Si nous voulons mettre notre pays à l’abri, il faut s’unir pour concrétiser le programme du président de la République », suggère-t-il. Il en veut pour preuve, « lorsque vous analysez ce programme, vous verrez qu’il contient des réformes structurelles très importantes et qui touchent à tous les secteurs ».
Farid Guellil