Vaccin covid-19

VACCINATION CONTRE LA COVID-19 : Les pharmaciens d’officine en formation

Une session de formation spécialisée dans la vaccination contre la Covid-19 a été organisée hier, par le ministère de la Santé, au profit des pharmaciens d’officine.
Animée par des spécialistes et experts, la formation s’est déroulée par visioconférence à partir du siège du ministère de la Santé. Elle s’adresse notamment aux pharmaciens et pharmaciens assistants, conformément à l’arrêté n 43 du 7 août 2021 portant autorisation des pharmacies d’officine à vacciner contre le Covid-19.
Elle a porté, entre autres, sur les conditions et les éléments à remplir par le pharmacien pour lancer la vaccination dans son officine, ainsi que sur les modalités de mise en œuvre de l’opération de vaccination contre le Covid-19 dans les pharmacies, notamment la garantie de la climatisation et des moyens de réfrigération pour stoker les vaccins.
Dans une déclaration à la presse, la directrice générale de la pharmacie et des équipements de santé au ministère de la Santé, Pr Wahiba Hadjoudj, a expliqué que « l’adhésion des pharmaciens d’officine à l’opération de vaccination s’inscrit dans le cadre de son accélération au sein de la population, et dans le but de la mener à bien ». « Pour l’accélération de la vaccination au sein de la population, nous avons eu recours à l’adhésion des pharmaciens d’officine et à leur volonté de nous prêter main forte », a indiqué Pr Hadjoudj, rappelant l’existence de « 12.000 pharmacies à l’échelle nationale ».
Elle a ajouté que ces pharmacies « constituent des lieux de proximité pour la prise en charge sanitaire des patients, surtout dans les petites localités éloignées, appelées zones d’ombre », soulignant, dans ce cadre, que « les pharmacies serviront de relais pour que les populations de ces régions puissent y aller se vacciner en toute sécurité ».
Par ailleurs, Pr Hadjoudj a indiqué que l’opération de vaccination « est élargie en premier temps aux pharmaciens d’officine, et juste après, elle sera élargie au niveau des cabinets libéraux médicaux de généralistes et spécialistes, comme prochaine étape ».
Elle a précisé que cela vise à « mettre à contribution tous les acteurs du système de santé pour prêter main forte et faire de cette vaccination un vrai succès dans la mesure de vacciner le plus grand nombre possible de citoyens, notamment entre les mois de septembre et novembre, afin d’atteindre l’objectif de vacciner 70% de la population algérienne ».
F. B.