Google consacre un doodle à Baya Mahieddine

Le moteur de recherche Google a consacré, mercredi, un doodle à la célèbre plasticienne algérienne Baya Mahieddine, qui aurait eu 87 ans ce 12 décembre.
La page d’accueil de Google affiche une toile réalisée par la défunte artiste en 1968, intitulée «Deux femmes au bouquet fleuri». Baya Mehieddine, de son vrai nom Fatma Haddad, est née le 12 décembre 1931 à Bordj El-Kiffan dans l’est d’Alger. Elle commence à dessiner puis à peindre depuis son jeune âge, en s’inspirant de son imaginaire d’enfant, créant un univers représenté souvent par des femmes aux yeux d’amendes entourées d’oiseaux fabuleux, de fleurs imaginaires, de plantes aux multiples couleurs et d’instruments de musique utilisés dans la musique classique algérienne.
Elle a participé à de nombreuses expositions en Algérie, au Maroc, en Tunisie, en Europe, à Cuba et au Japon. Baya s’est éteinte le 11 novembre 1998 à Blida, suite à une longue maladie.

Les changements climatiques menacent aussi les abeilles
Nombreux sont les dangers qui menacent les abeilles, et nombreux sont les dangers qui nous guettent si elles venaient à disparaître. En plus des pesticides et de la déforestation, le réchauffement climatique pourrait aussi être fatal, car il pourrait désynchroniser les cycles de reproduction des abeilles et de pollinisation des plantes.

Des cadres d’Ooredoo reçoivent leurs diplômes de la prestigieuse HEC Montréal
Une vingtaine de cadres d’Ooredoo ayant suivi le programme de Diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) de la prestigieuse école des Hautes Etudes Commerciales (HEC Montréal), en partenariat avec MDI-Business School d’Alger, ont reçu récemment leurs diplômes lors d’une cérémonie organisée à Montréal, au Canada. Cette cérémonie de remise des diplômes a vu la présence notamment de M. Mohamed Sabrou Maloufi, directeur des ressources Humaines d’Ooredoo Algérie, du directeur de MDI-Business School d’Alger, M. Brahim Benadbdeslam et du corps professoral de HEC Montréal dont le directeur, M. Michel Patry. Les cadres d’Ooredoo ont reçu leurs diplômes du directeur de HEC Montréal, M. Michel Patry qui a relevé les qualités et le potentiel des cadres algériens qui ont suivi cette formation supérieure.
Ce programme de formation continue initié par Ooredoo s’inscrit dans le cadre de la stratégie des ressources humaines de l’entreprise orientée vers le développement et l’enrichissement des compétences des employés, afin de les préparer à accompagner les évolutions majeures de l’entreprise, à piloter sa transformation, et à mieux appréhender les défis futurs.

L’italien Western Co ouvrira une unité d’assemblage de lampadaires solaires en Algérie
L’entreprise algérienne Al-Michkat Energies renouvelables, et l’italienne Western CO, leader industriel européen de l’électronique de puissance et de l’éclairage solaire, ont annoncé dernièrement la signature d’un  contrat de  partenariat visant à développer des opportunités commerciales dans les services de pointe de l’éclairage public et dans l’énergie solaire. Cet accord de partenariat signé en Italie prévoit l’ouverture en Algérie d’une unité d’assemblage des lampadaires solaires. Il s’accompagne d’un transfert de compétences ouvrant la porte au développement de nombreux projets en Algérie et en Afrique.
« Nos solutions sont conçues à partir de composants de marques leaders dans leurs domaines afin de proposer des systèmes fiables et performants. Les collectivités peuvent passer les premières commandes», a déclaré Rafik Belayat, responsable des ventes d’Al-Michkat ER. Les Collectivités locales paient chaque année 10 milliards de dinars pour l’éclairage public.
C’est ce qu’a révélé la représentante du ministère de l’Intérieur et des collectivités locales, chargée des projets des énergies renouvelables, Nahla Keddache, au cours d’une rencontre organisée, mercredi, par le Club Energia du FCE.

Baisse de livraison des stmartphones de 3% dans le Monde à cause de la guerre commerciale USA-Chine
Les livraisons de smartphones ont diminué de 3%, notamment à cause de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, selon un bilan préliminaire de la International Data Corporation qui estime pourtant que ce marché renouera avec la croissance dès 2019. Les livraisons de smartphones dans le monde ont baissé cette année de 3%, selon un bilan préliminaire, et l’une des raisons en est la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, a annoncé la société d’analyse International Data Corporation (IDC) qui précise que le marché chinois, le plus grand pour les smartphones, a dégringolé de près de 9%.
«Les livraisons mondiales de smartphones semblent avoir diminué de 3% en 2018, mais elles devraient reprendre leur croissance en 2019 et augmenter jusqu’en 2022. Bien que la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine crée des tensions au sein du secteur, IDC estime toujours que les nouveautés sur les marchés émergents, notamment le réseau 5G et les nouveaux produits, rétabliront la croissance sur le marché des smartphones», a indiqué la société.

L’Arctique s’est encore réchauffé à l’hiver 2017-2018
L’Arctique s’est encore réchauffé à l’hiver 2017-2018, la glace de la région se réduit, les caribous disparaissent et les algues rouges remontent vers le nord, indique le rapport annuel de l’administration océanique et atmosphérique américaine (NOAA) publié mardi. L’année 2018 a été la deuxième plus chaude en Arctique depuis que les relevés existent, à partir de 1900. Il a fait 1,7 C, plus chaud que la moyenne des trois dernières décennies et le réchauffement y est deux fois plus rapide que la moyenne mondiale. Le record absolu date de 2016. La tendance est évidente: les cinq dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées, selon la NOAA, qui a coordonné ce rapport de référence écrit par plus de 80 scientifiques de douze pays. «L’Arctique subit une transition sans précédent dans l’histoire humaine», a souligné Emily Osborne, du programme de recherche sur l’Arctique de l’agence. Dans l’océan Arctique, la glace se forme de septembre à mars mais la saison se raccourcit inexorablement au fil des années. Les glaces sont moins épaisses, plus jeunes et couvrent moins d’océan. La vieille glace, c’est-à-dire âgée de plus de quatre ans, s’est réduite de 95% depuis 33 ans. C’est un cercle vicieux: des glaces plus jeunes sont plus fragiles et fondent plus tôt au printemps. Moins de glace signifie moins de réflexion solaire: l’océan absorbe davantage d’énergie et se réchauffe donc un peu plus. Les douze années de plus faibles couvertures glaciaires sont les douze dernières années. Par exemple, il n’y a jamais eu aussi peu de glace hivernale dans la mer de Bering, entre la Russie et l’Alaska, qu’en 2017-2018. Habituellement, le plus fort de l’hiver arrive en février mais cette année, la glace a fondu ce mois-là dans des proportions inédites.

Chiffre du jour : 7

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a prédit que l’Afrique aurait besoin de dépenser la somme impressionnante de sept milliards de dollars américains par an pour les importations de riz d’ici 2020. Abebe Haile-Gabriel, directeur du bureau régional de la FAO en Afrique, a tenu ces propos lundi à l’ouverture d’une conférence de deux jours sur les systèmes durables de production de riz en Afrique subsaharienne, qui se tenait à Ada, à 104 km à l’est d’Accra, la capitale du Ghana. Il a indiqué que l’Afrique avait besoin d’un leadership efficace, d’une volonté politique et d’efforts concertés pour parvenir à l’autosuffisance en matière de production de riz et mettre fin à la faim sur le continent. Le Projet africain pour le riz est un programme qui fait partie de la Coopération Sud-Sud de l’ONU. La Chine est l’un des principaux partenaires de développement à soutenir ce programme de coopération Sud-Sud, notamment en Afrique et en Asie. Les données officielles fournies par la FAO indiquent qu’en 2015, les pays africains ont importé environ 36 % de leurs besoins en riz, pour un coût total d’environ quatre milliards de dollars.