Front POLISARIO-MAROC : Nouvelle initiative du Conseil de sécurité pour relancer la négociation

Le Conseil de sécurité a «préparé une proposition formelle pour la relance des négociations entre le Front Polisario et le Maroc sur le Sahara occidental», a annoncé lundi dernier le porte-parole adjoint du SG de l’ONU, Farhan Haq.

« Une proposition formelle a été faite aux parties en conflit », le Front Polisario et le Maroc, a déclaré Farhan Haq,  précisant que les pays voisins ont en  été informés. Il a ajouté :  « maintenant que le Conseil de sécurité a réitéré son appel à la reprise des négociations  rien  ne peut entraver Ross de retourner dans la région pour poursuivre ses efforts de facilitation » des négociations. Farhan Haq a fait savoir que l’émissaire de Ban Ki-moon pour le  Sahara Occidental, Christopher Ross, a eu au cours des dernières semaines plusieurs contacts avec les deux parties en conflit et avec les pays voisins en vue de relancer le processus de négociation sur le Sahara occidental.  Mardi dernier, le Conseil de sécurité a appelé à la reprise des négociations entre le Front Polisario et le Maroc qui doivent aboutir à la tenue d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui. »Les membres du Conseil de sécurité ont souligné l’importance de la relance des négociations directes (entre le Front Polisario et le Maroc) pour parvenir à une solution politique garantissant le droit à l’autodétermination au peuple sahraoui », a déclaré le président du Conseil de sécurité, Koro Bessho à l’issue d’une réunion sur la Minurso.  Le  Front Polisario avait auparavant saisi le Conseil de sécurité sur la nécessité d’établir un processus pour des négociations directes et de haut niveau entre les deux parties.
Pour rappel, le  Front Polisario a dénoncé dans une lettre au Conseil de sécurité,  les blocages dressés par le Maroc au processus onusien, en entravant la tenue d’un cinquième round de négociations prévu pourtant dans la résolution 2285 (2016) prorogeant le mandat de la Minurso.Son représentant auprès de l’ONU, Ahmed Boukhari, a indiqué que Ross, peine toujours à obtenir la coopération de Rabat pour la reprise des négociations. Christopher Ross, chargé par Ban Ki-moon de reprendre la médiation entre les deux parties, est toujours « entravé dans sa liberté de mouvement. Le Maroc qui avait tenté de le pousser à la sortie en 2012 l’avait par la suite déclaré « persona non grata » dans les territoires sahraouis occupés ».
Christopher Ross, rappelle-t-on avait  fait part au   Front Polisario,  des blocages dressés par les autorités marocaines ,  qui continuent à faire  obstacle à la relance du processus des négociations.  C’est  la seconde fois en moins d’une semaine que le Conseil de sécurité insiste sur  la nécessité de relancer la négociation entre le Maroc et le FPolisario. Il met ainsi en application sa  résolution prorogeant le mandat de la Minurso jusqu’à 2017, et  soulignant  l’importance de poursuivre le processus de préparation pour un cinquième round de négociations sur le statut final du Sahara occidental et avait  chargé le SG de l’ONU de lui présenter au moins deux rapports par an pour l’informer du déroulement des discussions. La balle est  désormais dans le camp du Maroc et il semble qu’en lançant une nouvelle  initiative le Conseil de sécurité ait pris le souverain marocain au mot qui déclarait dans son dernier discours qu’il était «ouvert au dialogue constructif».  Il faut rappeler aussi que le Maroc a été désavoué par les faits et par la volonté du Conseil de sécurité de rétablir les activités de la Minurso dont une partie des éléments expulsés par Rabat ont retrouvé leurs postes.
Le Maroc qui avait déclaré que sa décision sur la Minurso était «irréversible» a fini par céder à la volonté du Conseil de sécurité et du secrétariat général de l’ONU en acceptant le retour à El-Ayoun d’un premier groupe du personnel civil de cette mission. «Le retour de la Minurso est un coup dur à la position exprimée par le Maroc qui avait affirmé, il y a quelques mois, que sa décision était  irréversible», ont estimé les responsables sahraouis.
Le secrétariat général de l’ONU a exprimé son engagement d’assurer le retour des autres groupes de la composante civile de la Minurso dans les prochaines semaines, a indiqué le Front Polisario. Cela dépendra également de l’achèvement de l’opération de recrutement des effectifs de la Minurso, dont plusieurs employés sont en fin de mandat.
M. Bendib