Intoxication

Fermeture d’une salle des fêtes à Skikda suite à deux intoxications alimentaires consécutives

Le wali de Skikda, Hadjri Derfouf, a décidé, dimanche soir de fermer la salle des fêtes relevant de la commune de Benazzouz, par mesure de précaution, après deux intoxications alimentaires consécutives d’environ 380 personnes, lors de deux fêtes de mariages distinctes, organisées dans cette même salle, a indiqué le président de l’assemblée communale, Mohamed Ayach. Le même responsable a affirmé, à l’APS, que cette décision est une «mesure préventive» dans l’attente des résultats des analyses qui seront effectuées sur les échantillons d’aliments préparés lors de ces fêtes de mariage, et qui seront connus mardi prochain. M. Ayach a également ajouté que la commune a l’intention de réaménager ‘’prochainement’’ la salle en question d’autant qu’elle accueille des mariages et des fêtes depuis 2005. Pour rappel, environ 380 personnes ont été victimes d’une intoxication alimentaire, jeudi dernier, dont 300 lors de la première fête et le reste au cours de la deuxième, et ont reçu les soins nécessaires au niveau de la polyclinique de Benazzouz et à l’hôpital, Mohamed Dandan d’Azzaba.

Une bactérie rare tue 6 nouveaux-nés en Afrique du Sud
Les autorités sanitaires sud-africaines ont annoncé la fermeture de plusieurs services d’un hôpital public de Johannesburg, dont sa maternité, après la mort de six nouveaux-nés victimes d’une infection rare par la bactérie Klebsiella pneumonia. L’hôpital est confronté depuis juillet à une série de contaminations par cette bactérie, résistante aux antibiotiques usuels, a révélé dimanche le ministre sud-africain de la Santé, Aaron Motsoaledi. «Nous ne pouvons plus accueillir de nouveaux-nés là-bas», a ajouté M. Motsoaledi. Naturellement présente dans certains organes, la bactérie Klebsiella pneumoniae peut s’avérer dangereuse lorsque le système immunitaire du patient est affaibli et provoquer des infections susceptibles d’être fatales. Les personnes affectées ont été transférées dans d’autres établissements hospitaliers de la région. Le ministre de la Santé a attribué l’infection à la surpopulation des établissements de santé de la région qui, a-t-il déploré, ne permet pas d’appliquer les mesures normales de prévention des infections.

Mise en exploitation du train rapide «Coradia» sur la ligne Béchar-Oran
Le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaâlane, a procédé, samedi, à partir de la gare ferroviaire de Mécheria (Nâama) à la mise en exploitation du train rapide «Coradia» desservant la ligne Béchar-Oran via les wilayas de Nâama et Sidi Bel Abbès. Cette opération entre dans le cadre du programme de modernisation du réseau de transport ferroviaire des voyageurs à l’échelle nationale, initié par la SNTF avec l’apport des nouveaux trains «Coradia» et leur exploitation dans les longues distances. Le ministre, qui s’est déplacé à bord du train «Coradia» entre les stations de Mécheria et Nâama (30 km), a souligné que d’ici à fin 2018, tous les trains «Coradia», acquis dans le cadre de la mise en œuvre du programme du Président de la République Abdelaziz Bouteflika, seront mis en service sur tout le réseau des lignes ferroviaires. «Nous poursuivrons dans les prochains mois le raccordement des autres régions, surtout frontalières dans l’extrême Est du pays avec le train rapide «Coradia» pour achever la couverture de l’ensemble des lignes ferroviaires réalisées, soit un réseau de 4 000 km devant atteindre ensuite les 6 300 km avec la réception de tous les chantiers en cours de réalisation», a souligné Abdelghani Zaâlane. Le ministre a également précisé que «l’utilisation de ces trains permettra d’assurer aux voyageurs un meilleur confort et une réduction notable du temps du voyage», ajoutant que son département ministériel lance, en compagnie de la SNTF, des campagnes de sensibilisation des citoyens sur la nécessité de préserver cet important acquis.

Libération d’une jeune femme et arrestation de ses ravisseurs à Djelfa
Les éléments de la Gendarmerie nationale de la wilaya de Djelfa sont parvenus dimanche soir, en un temps record, à libérer une jeune femme âgée de 28 ans des mains de ses ravisseurs, a-t-on appris dimanche de ce corps de sécurité. Selon la même source, la jeune femme et ses ravisseurs étaient à bord d’un véhicule en direction de wilaya de Tiaret. A leur arrivée devant un barrage dressé par la gendarmerie nationale à «Seguia» (70 km au nord de la wilaya de Djelfa), la femme a lancé des cris faisant état de sa séquestration mais les ravisseurs ont pris la fuite. Après cet incident, les éléments de la gendarmerie ont alerté les autres unités et les éléments de la section sécurité et d’intervention qui ont lancé une opération de recherches dans la partie nord de la Wilaya. Grâce à une embuscade tendue, a ajouté la source, les éléments de la gendarmerie nationale ont réussi à libérer la jeune femme et arrêter les deux ravisseurs à 21 h 30 ( une heure et demie après l’incident). La jeune femme kidnappée réside à la cité Boutrifis el wiam dans la ville de Djelfa, rappelle la même source.

Séisme d’une magnitude de 3,3 à Skikda
Un séisme d’une magnitude de 3,3 degré sur l’échelle de Richter a été enregistré dimanche à 17h20 dans la wilaya de Skikda, a annoncé le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG) dans un communiqué. L’épicentre du séisme a été localisé à 5 km au sud-est de Ain Bouziane, précise la même source.

Décès d’une fillette après avoir été piquée par un scorpion à M’sila
Une fillette âgée de sept ans est décédée dans la nuit de samedi à dimanche après avoir été piquée par un scorpion à son domicile dans la commune Zarzour, wilaya de M’sila, a indiqué dimanche de la direction de la Santé. La victime a été évacuée vers l’unité sanitaire de Zarzour mais son état a nécessité son transfert vers l’établissement hospitalier de la commune de Bensrour où elle a reçu le traitement nécessaire, a indiqué la même source. La fillette, dont l’état s’était dégradée, a été ensuite évacuée par l’un de ses proches vers l’hôpital d’Ain El Melh mais est décédée avant d’y parvenir, selon le directeur de la Santé. C’est le premier cas du genre enregistré dans la wilaya de M’sila depuis le début de l’année en cours en dépit des mesures prises par les autorités locales, dont la mobilisation des conditions de traitement en zones reculées, a-t-on indiqué.

Chiffre du jour : 750
Les douaniers français ont saisi 752 kilos de cocaïne vendredi à bord d’un conteneur dans le port du Havre en Seine-Maritime, dans le nord-ouest du pays, à l’occasion d’un contrôle régulier, selon un communiqué du ministère français de l’Action et des Comptes Publics. Un conteneur venant d’Amérique du Sud était dans le collimateur des douaniers soupçonné de «transport de produits stupéfiants». A l’ouverture du conteneur, les agents ont découvert «la présence de sacs de sport positionnés en lieu et place de cartons de marchandises licites. Les sacs contenaient au total 752 kg. «La valeur totale de la marchandise est estimée à plus de 30 millions d’euros. La marchandise saisie a été remise à la police judiciaire, sur ordre du parquet du Havre», ajoute le communiqué. Le port du Havre constitue l’une des plus grandes portes d’entrée de la cocaïne en Europe. En 2017, 3,5 tonnes de cocaïne ont été saisies dans le port du Havre, sur un total de 17 tonnes en France, selon les chiffres cités par des médias locaux.