Stade du 5- juillet

Fermé depuis la finale de la coupe de la Ligue : Le stade du 5-juillet sera prêt pour le début du championnat

À l’instar du nouveau stade d’Oran, qui connaît une vaste opération de réfection de sa pelouse hybride en dépit du fait de n’avoir accueilli qu’un seul match depuis sa réalisation, le stade du 5-juillet fait l’objet d’une même opération.
Mais les choses peuvent bien se comprendre au niveau du stade olympique de la capitale, qui a été, on ne peut mieux, très sollicité au cours de l’exercice passé, avec pas moins de 58 matchs joués sur sa pelouse hybrid également.
Actuellement en travaux, la pelouse du stade du 5 Juillet reprend doucement forme. L’opération d’entretien et de régénération du gazon naturel se déroule dans les délais fixés par la direction de l’Office du Complexe Olympique Mohamed- Boudiaf (OCO).
À peine deux semaines après le lancement de son «scalpage», le gazon commence déjà à retrouver sa verdure. Les responsables de l’OCO, à leur tête le directeur général, Mohamed Bekhti, suivent quotidiennement le chantier afin de garantir une qualité de pelouse conforme aux normes internationales.
Selon cette même direction, et sauf imprévu, celle-ci devrait être réceptionnée à la mi-octobre, soit peu avant la reprise du championnat de Ligue 1, prévue le 23 octobre.
Pour rappel, le stade du 5 Juillet a accueilli durant l’exercice écoulé le nombre record de 58 matchs. Outre les matchs de Ligue 1, l’enceinte olympique a abrité les rencontres de la Coupe de la Ligue, de la Ligue des champions, de la Coupe de la Confédération mais également la Supercoupe d’Algérie. D’où sa fermeture à la fin de la saison pour la réfection de sa pelouse.
Mais ce qu’il y a lieu de souligner et déplorer aussi, c’est que l’herbe a connu un piétinement massif le 5 juillet dernier à l’occasion de la cérémonie de lancement officiel des jeux nationaux de sports scolaires et universitaires et où près de 4500 athlètes l’ont foulé, provoquant ainsi sa détérioration.
Tout aura d’ailleurs constaté le très mauvais état dans lequel s’était retrouvée la pelouse du grand stade de la capitale lors de la finale de la coupe de la Ligue. Ce fut d’ailleurs la dernière rencontre abritée par cet équipement footballistique avant sa fermeture obligeant le MCA, le club y domicilié en championnat, à accueillir dans d’autres stades ses dernières rencontres dans la compétition.
Hakim S.