Aqua

Ferme de pisciculture marine à Mizrana (Tizi Ouzou) : Entrée en activité prochainement

La deuxième ferme aquacole de pisciculture marine de la wilaya de Tizi-Ouzou, réalisée dans la commune côtière de Mizrana, pour l’élevage de loups de mer et de daurades entrera en activité dans moins de trois mois, a-t-on appris lundi sur place de l’investisseur.

M. Medjkane Mohammed a indiqué au wali, Mahmoud Djamâa — qui s’est rendu sur le site du projet implanté dans la zone d’activité d’aquaculture Talwahcht dans le village Mazer, pour assister à la mise en mer de cage flottantes destinées à l’élevage de poissons — que «l’ensemencement des ces cages flottantes en alevins qui seront acheminées à partir de l’Italie, interviendra à partir de mars prochain». Au lancement de l’activité de cette ferme dotée d’un total de 8 cages flottantes, 4 cages seront ensemencées en mars avec la réception d’un million d’alevins de daurades. Les 4 cages restantes seront ensemencées à partir du mois de juillet de cette année», a-t-on expliqué de même source. Le directeur local de la pêche et des ressources halieutiques (Dprh) Belaid Abdelhafid a expliqué que cette ferme piscicole produira 600 tonnes de loups de mer et de daurades par cycle de production (18 mois). L’élevage se fera dans 8 cages flottantes d’une capacité de production de 80 tonnes chacune. Ce projet réalisé pour un montant de 300 millions de DA, permettra de créer à son démarrage, entre 25 et 35 emplois directs, a-t-il ajouté. Cette ferme aquacole de pisciculture marine sera à son entrée en activité la deuxième du genre au niveau de la wilaya de Tizi-Ouzou après celle de Mlata à Azeffoune d’une capacité de production de 1200 tonnes de loups de mer et de daurades, entrée en production en 2008, a rappelé M. Belaid. Présentant les projets aquacoles en activité, ce même responsable, a cité la ferme aquacole spécialisée dans la conchyliculture (élevage de moules et d’huîtres) implantée dans la zone d’activité aquacole de Sidi Khaled dans la commune d’Iflissen. Le secteur de la pêche au niveau local compte également d’autres projets d’investissement en aquaculture dont 5 sont en cours de réalisation et parmi lesquels celui de Mohamed Medjkane visité ce lundi, 5 autres n’ayant pas encore été lancés et 10 qui sont en cours d’étude. Le wali a souligné l’importance de ces projets pour la création de la richesse et de l’emploi mais aussi d’une dynamique au niveau de la localité de Mizrana. «La réalisation des autres projets aquacoles prévus sur la zone de Talwahcht va donner une autre orientation pour cette région surtout lorsqu’on sait que la commune de Mizrana n’a pas d’activité économique développée», a-t-il dit en soulignant l’accompagnement technique de la wilaya pour la réussite du projet de pisciculture marine de Medjkane. Lors de sa visite du projet Djamâa a écouté les préoccupations du président de l’Assemblée populaire communale de Mizrana qui a notamment sollicité l’aide du wali pour l’aménagent de la zone d’activité aquacole de Talwahcht avec la réalisation en urgence d’une clôture et les contraintes foncières pour l’implantation d’un projet d’une unité de transformation agro-alimentaire. Le chef de l’exécutif local, qui a été informé par le DPRH que le dossier des besoins d’aménagement de cette zone de 15 ha estimés à 400 millions de DA transmis au ministère des Finances n’a pas encore abouti, il a indiqué qu’il va relancer ce dossier pour obtenir au moins une première tranche afin de pouvoir réaliser la clôture, l’assainissement et les accès. S’agissant du projet d’une unité de transformation agro-alimentaire qui n’a pas bénéficié d’une assiette foncière car le site choisi par l’APC ayant essuyé un rejet de la part des Directions des services agricoles et des Domaines puisqu’il s’agit d’un terrain reversé au Fonds national de développement et de régulation agricole (FNDRA), le wali a répondu qu’une procédure sera lancée avec les services concernés (DSA, Domaines) pour voir la possibilité de distraction du foncier en question qui s’étend sur 12,5 ha du FNDRA si elle est à faible potentialité agricole, afin d’en faire une micro-zone d’activité pour Mizrana.