libye

FAIRE DE LA LIBYE UNE PLATEFORME CONTRE SES VOISINS  : Alger met en garde contre le jeu des puissances

Le ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra, a révélé hier à Alger l’existence de plans par lesquels certaines puissances étrangères cherchent à accroître leur influence en Libye et à faire de ce pays une plate forme pour redessiner les équilibres internationaux au détriment des intérêts stratégiques de la Libye et de ses voisins.
« Nous devons traiter et interagir avec les développements de la situation en Libye selon une approche proactive et une vision claire », a affirmé Lamamra dans une allocution à l’ouverture des travaux de la réunion ministérielle des pays voisins de la Libye. Cette vision « doit tenir compte des considérations qui préoccupent de plus en plus les décideurs et l’opinion publique dans nos pays, à la lumière des plans de certaines puissances étrangères qui cherchent à accroître leur influence en Libye et faire de ce pays une plate-forme pour redessiner les équilibres internationaux, au détriment des intérêts stratégiques de la Libye et de ses voisins », a ajouté le chef de la diplomatie algérienne.
Lamamra a réaffirmé que « notre sécurité et notre stabilité à tous sont étroitement liées à la sécurité et à la stabilité de la Libye et sa prospérité dépend de la nôtre ». « Une Libye stable et forte constituera sans nul doute le pilier de la sécurité et de l’intégration économique régionale », a-t-il soutenu. Le chef de la diplomatie nationale a rappelé que « les pays voisins de la Libye sont plus concernés que d’autres par les répercussions directes de la situation tumultueuse dans ce pays voisin et frère ». « De nombreux événements tragiques auxquels nos pays ont été confrontés faute de stabilité en Libye l’ont malheureusement prouvé », a-t-il poursuivi.
Le ministre des Affaires étrangères a, par ailleurs, souligné que « la réunion d’aujourd’hui entre dans le cadre des efforts soutenus que nos pays n’ont eu de cesse de déployer pour contribuer au règlement de la crise libyenne, convaincus du rôle vital et central que doivent jouer les pays voisins pour soutenir les autorités de transition libyennes en vue de la concrétisation de toutes les échéances inscrites dans la feuille de route et la tenue des élections prévues le 24 décembre 2021 ».
M. B.