Libye

RAMTANE LAMAMRA : « Œuvrons collectivement au règlement de la crise libyenne »

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, a indiqué hier à Alger que la tenue de la réunion ministérielle des pays voisins de la Libye entrait dans le cadre des « efforts soutenus que nos pays n’ont eu de cesse de déployer pour contribuer au règlement de la crise libyenne ».

«Nos États œuvrent, collectivement et individuellement, au règlement de la crise libyenne, convaincus du rôle vital que doivent jouer les pays voisins » dans ce sens, a affirmé Lamamra dans une allocution à l’ouverture des travaux de la réunion ministérielle des pays voisins de la Libye.
Le processus de réconciliation en Libye « nécessite la poursuite des efforts pour le parachèvement de l’unification des institutions de l’État libyen, la réalisation de la réconciliation et le départ des mercenaires et des forces étrangères de tout le territoire libyen », a ajouté le chef de la diplomatie algérienne.
Avant la tenue de cette réunion, Ramtane Lamamra, s’est entretenu à Alger avec la ministre libyenne des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Najla Al-Manqoush. « Nous entamons aujourd’hui les réunions consultatives avec les pays voisins à l’invitation de l’Algérie qui nous a toujours habitués à prendre des initiatives positives en faveur des efforts du Gouvernement d’union nationale », a déclaré à la presse Mme Al-Manqoush à l’issue de son entretien avec Lamamra. « Nous avons aujourd’hui hâte de débattre des nombreuses questions et dossiers importants, notamment la sécurité nationale commune des pays voisins et frontaliers, la migration clandestine, les élections prévues en Libye, la réconciliation nationale et le soutien à l’initiative pour la stabilité de la Libye et aux efforts des pays voisins », a-t-il ajouté.
La cheffe de la diplomatie libyenne a adressé ses remerciements à l’Algérie « d’abriter cette réunion qui arrive à point nommé pour examiner de nombreuses questions en suspens du dossier libyen et les répercussions de la crise libyenne sur les pays voisins aux plans sécuritaire et politique », estimant que « la stabilité de la Libye procède de la stabilité de la région ».
Après avoir souhaité plein succès aux travaux de la réunion, Mme Al-Manqoush a adressé ses remerciements à l’Algérie et Lamamra pour « les efforts soutenus et sincères en faveur du Gouvernement d’union nationale ». Ramtane Lamamra s’est également entretenu, avec son homologue égyptien, Sameh Choukri, qui a dit « sa joie de revenir encore une fois en Algérie, pays frère, et rencontrer mon homologue frère, Ramtane Lamamra avec lequel j’entretiens une vraie relation d’amitié. Cela a toujours constitué un soutien aux relations distinguées unissant l’Egypte et l’Algérie, partant de la forte volonté politique des deux pays de mener une action commune dans le cadre du renforcement des relations bilatérales, face aux défis auxquels est confrontée la région », a déclaré à la presse Choukri à l’issue de ses entretiens avec Lamamra.
Le chef de la diplomatie égyptienne a, en outre, remercié l’Algérie pour « l’initiative de reprise de l’action du comité des pays voisins de la Libye, pour soutenir la stabilité de la Libye et sa souveraineté et préserver les richesses du peuple libyen frère, garantir sa sortie de crise conformément aux résolutions du Conseil de sécurité et aux conclusions du Forum du dialogue politique inter-libyen et des conférences de Berlin 1 et 2 ». La présence de tous les pays du voisinage libyen, fortement impactés par la situation en Libye, et qui s’intéressent à la situation du peuple libyen frère et au retour de la stabilité et de la sécurité dans ce pays, ainsi qu’à la préservation de sa souveraineté et de son pays, « contribuera à la réalisation de tous ces objectifs ». « L’Egypte et l’Algérie poursuivront la coordination étroite en vue d’atteindre cet objectif », a souligné Choukri qui a exprimé son souhait de voir cette réunion et les réunions successives permettre aux Libyens de « sortir de la crise et à leur pays de jouer son rôle sur l’échelle arabe, régionale et africaine ».
Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger s’est aussi entretenu avec l’envoyé spécial de l’ONU pour la Libye, Jan Kubis, avec lequel il a évoqué les perspectives de paix en Libye lors de la réunion des pays du voisinage libyen.
Jan Kubis a indiqué que l’initiative de l’Algérie de réunir les pays voisins de la Libye est « importante et tombe à point nommé », soulignant une « étape importante » dans le règlement de la crise libyenne.
L’émissaire onusien a émis le souhait « d’avoir un dialogue pragmatique et honnête sur comment aider la Libye et également sur comment la Libye pourrait s’aider elle-même et aider la région à avancer vers la stabilité, la prospérité et la coopération ».
M. B.