Exxon

EXPLOITATION DU GAZ DE SCHISTE ALGÉRIEN : Exxon Mobil arrive à pas-de-géant

La compagnie pétrolière nationale Sonatrach prévoit de signer un accord avec l’américain Exxon Mobil pour le développement du gaz de schiste. Devant intervenir d’ici la fin du mois de juin prochain, cet accord, sous forme de création d’une joint-venture, permettra la mise en valeur des réserves de schiste de l’Algérie.

C’est du moins ce qui a été affirmé par le P-DG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, qui s’exprimait en marge de la Conférence mondiale sur le gaz, tenue à Washington et dont les propos ont été rapportés par l’agence Reuters.
«Nous sommes très optimistes et les choses avancent dans la bonne direction, nous allons donc conclure un accord avec Exxon et créer notre coentreprise», a déclaré Ould Kaddour, qui a précisé que « l’accord devrait être finalisé avant fin juin 2019 ». Annoncée depuis plusieurs mois, la coopération entre ExxonMobil et l’Algérie est, donc, sur le point de se concrétiser. Selon les explications d’Ould Kaddour, les échanges portant sur un potentiel accord entre les deux compagnies ont démarré depuis le début de cette année. Le patron de la Sonatrach a indiqué ensuite qu’une mission de sept experts de la compagnie américaine, avec pour objectif d’inspecter la géologie du pays ainsi que d’autres facteurs en vue de la signature de l’accord, a séjourné récemment en Algérie.
Pour rappel, le P-DG de Sonatrach avait, par le passé, affiché sa volonté de coopérer avec le géant américain dans le domaine des gaz de schiste. Celui-ci, avait également déclaré avoir entamé des discussions avec 14 autres groupes internationaux de la création d’une entreprise commune pour le commerce de produits pétroliers et gaziers, après avoir consenti des investissements pour l’achat de sa première raffinerie à l’étranger. Dotée d’une des plus importantes réserves mondiales de réserves de gaz de schiste, l’Algérie veut procéder au développement du secteur en s’appuyant notamment sur l’expertise des entreprises comme ExxonMobil. Celle-ci s’intéresse vraisemblablement aux ressources importantes de gaz de schiste de l’Algérie et les opportunités d’améliorer les taux de récupération de gisements de pétrole. Une chose est sûre, à travers cette déclaration, le P-DG de Sonatrach a encore une fois confirmé la volonté de la compagnie nationale des hydrocarbures d’aller vers l’exploitation de cette énergie fossile non conventionnelle.
L’Algérie, un des premiers pays producteurs de gaz conventionnel en Afrique, détient les troisièmes réserves mondiales de gaz de schiste qui sont techniquement récupérables. Environ la moitié des ressources mondiales se trouvent en Algérie, en Argentine, au Canada, en Chine et aux états-Unis. L’Algérie, à elle seule, détient 707 trillions de pieds cubes (Tpi3) de gaz de schiste, soit 9,3% des ressources techniquement récupérables mondiales.
Lamia Boufassa