Orange

EXCÉDENT DE PRODUCTION AGRICOLE ET MANQUE D’UNITÉS DE TRANSFORMATION : Les opérateurs tirent la sonnette d’alarme

La surproduction de certains produits agricoles, qu’ont connue certaines régions du pays, se voit, ces derniers jours, pénalisée par le manque d’unités de transformation. Face à cette contrainte, certains producteurs d’orange, dans certaines wilayas du pays, par exemple, ont menacé dernièrement d’abandonner leur production d’orange, très abondante cette année.

Contactés, hier, certains agriculteurs de différentes régions du pays ont exprimé leur mécontentement à l’égard de leurs pertes. Tout en déplorant ainsi le fait qu’il ont perdu, le mois dernier des quantités importantes de leurs oranges. Certains d’entre eux ont néanmoins précisé que leurs produits étaient mûris et se pourrissent au sol : « Nous souhaitons vivement la création d’unités de transformation pour la production de jus d’orange. Ces dernières peuvent toutefois gérer le surplus de notre production», soutient un agriculteur. Et d’ajouter : « Il faut bien s’investir dans ce créneau ».Celui-ci a, tout de même, mis l’importance d’écouler avec moins de difficulté ses produits sur le marché national. Un autre agriculteur nous rappelle également que la production d’agrumes a atteint, cette année, un niveau record, précisant, ainsi que la filière agrumicole a enregistré un important développement, ces dernières années à travers le territoire national. En effet et face à cette production en hausse, certains agriculteurs dans certaines wilayas du pays ont été obligés de jeter de grandes quantités d’oranges dans la nature. Un de ces producteurs d’agrumes a souligné, à ce propos, le manque flagrant d’unités de transformation capables de résorber le surplus de la production agricole, indiquant ainsi l’existence de peu d’unités de transformation privées qui peinent à gérer le surplus de la production. Aussi cette croissance de la production est portée, notamment par les produits maraîchers. Dans certaines régions du pays des tonnes de pomme de terre ont été menacées de pourriture en raison de l’absence de réseaux de commercialisation ; ce qui inquiète de plus en plus les producteurs. Dans ce sillage, ils appellent à la nécessité de prendre en charge ces surplus de production de la pomme de terre. Plus que cela, certains d’entre eux risquent de décider d’abandonner la culture d’aucun produit agricole en raison du manque d’un réseau de distribution et encore le manque flagrant d’unités de transformation industrielles. Aussi et de l’avis de nombreux citoyens interrogés sur cette problématique. Une dame, la cinquantaine, dénonce, dans ce contexte, la hausse des prix de certains produits agricoles, tels que la pomme de terre, la tomate, l’orange et elle nous précisera : « Je ne comprends pas pourquoi cette cherté des produits de large consommation alors que de grandes quantités de ces produits sont jetées pour ne pas baisser les prix.»
Mehdi Isikioune