Complexe Sider El Hadjar

En vue d’atteindre 1,1 million de tonnes/an de produits ferreux : Mobilisation de 46 milliards de DA pour le complexe d’El Hadjar

Dans la perspective d’atteindre une production annuelle de 1,1 million de tonnes de produits ferreux d’ici 2021, le complexe sidérurgique Sider El Hadjar fait l’objet d’une opération réhabilitation de ses installations de production, à travers un plan d’investissement d’une valeur de 46 milliards de DA. C’est du moins ce qui a été affirmé par le P-DG du complexe sidérurgique Sider El Hadjar, Chemseddine Maâtallah lors d’une conférence de presse. Au cours de cette conférence, le P-DG a tenu à démontrer une situation stable du complexe en matière de gestion et de perspectives de développement et d’investissements, malgré les tensions qui règnent depuis quelques semaines après la dissolution de l’ancien bureau syndical. Ainsi, selon lui, une enveloppe financière de 46 milliards DA a été mobilisée pour la concrétisation de plus de 100 projets retenus dans le cadre de la 2ème tranche du plan d’investissement du complexe sidérurgique Sider El Hadjar. La seconde tranche du plan d’investissement a été réactualisée avec l’intégration d’investissements structurants et stratégiques visant à assurer « la pérennité et la stabilité de la production en vue d’atteindre une production annuelle de 1,1 million de tonnes de produits ferreux d’ici 2021″, a affirmé le P-DG. Une somme de 20 milliards DA de ce montant représente un financement complémentaire destiné à consolider et assurer le succès du plan d’investissement, a précisé le P-DG du complexe qui a indiqué que la seconde tranche porte sur des projets structurants et stratégiques pour l’activité sidérurgique dont la coquerie, deux laminoirs à oxygène ainsi que la réhabilitation des infrastructures de produits ferreux plats et longs, la réalisation d’une centrale électrique, une station de traitement des eaux  et l’acquisition d’équipements logistiques. Dans le cadre de la mise en œuvre de cette seconde tranche du plan d’investissement, il a été procédé courant 2018 au lancement de 28 projets mobilisant 7,3 % du montant total mobilisé, a souligné Maâtallah. Sider El Hadjar devrait atteindre fin 2018 une capacité de production de 720 000 tonnes d’acier liquide et fournira divers produits longs et plats et des tubes satisfaisant aux normes de qualité requises pour les travaux de bâtiment, des industries mécaniques, de la fabrication des équipements électroménagers, la construction de navires et bateaux et l’industrie des hydrocarbures, a-t-on souligné. Le complexe a exporté durant l’année 2018 pour 79 millions de dollars vers l’Italie, l’Égypte, la Tunisie, le Maroc, la Syrie et l’Inde de produits laminés à chaud, des tubes et brames d’acier. En ce qui concerne les dettes du complexe, le responsable a fait savoir qu’elles se chiffrent à plus de 20 milliards de DA, dont l’usine doit s’acquitter auprès des créanciers.
Il emploie actuellement 4 688 travailleurs et prévoit, à la faveur de la mise en œuvre de la seconde tranche du plan d’investissement à l’horizon 2021 de recruter «progressivement 1 300 travailleurs», indique la même source. Outre les 1 166 agents recrutés dans le cadre du CDD ou CTA, les 150 ingénieurs et techniciens et les 450 postes à pourvoir courant 2019, il y a la formation continue qui sera dispensée à quelque 3 600 agents, a-t-il encore fait savoir.
Lamia Boufassa