Qassem Soleimani

ÉLIMINATION, ANNONCÉE PAR LE PENTAGONE, DU GÉNÉRAL IRANIEN QASSEM SOLEIMANI : Risque d’escalade de tensions majeures entre Téhéran et Washington

La mort du général iranien Qassem Soleimani, tué dans un bombardement américain à Bagdad, tôt hier, matin, est une démarche «  imprudente de Washington » qui provoque , indique la défense russe «une brusque dégradation de la situation politique et militaire au Moyen-Orient», a déclaré la Défense russe.
Pour Moscou, l’élimination imprudente par les États-Unis du général iranien Qassem Soleimani, qui dirigeait pour rappel, la force iranienne El-Qods, fait monter d’un cran la tension au Moyen-Orient, et engendre des retombées négatives relatives à la sécurité internationale, selon le ministère russe de la Défense. Ce dernier, estime, en effet, dans sa réaction, à l’assassinat du responsable militaire iranien, que «les démarches imprudentes des États-Unis, comme l’élimination du général Qassem Soleimani, provoquent une brusque dégradation de la situation politique et militaire au Moyen-Orient » et entraînent, poursuit la même source «des conséquences néfastes pour l’ensemble du système de sécurité internationale» indique, hier, le ministère russe de la Défense. La même source a ajouté, sur le général iranien, que ce dernier « était un chef militaire compétent » qui bénéficiait, souligne-t-on «  d’un prestige méritée et d’une importante influence dans l’ensemble du Moyen-Orient », faisant remarquer « son  mérité personnel dans la lutte contre Daech (organisation terroriste : Ndlr) ». Sans manquer de souligner, que c’est sous le responsable militaire iranien, le général Qassem Soleimani, commandant de l’unité spéciale Al-Qods du corps des Gardiens de la révolution islamique, qu’ « une résistance armée avait été organisée contre les groupes terroristes Daech et Al Qaïda en Syrie et en Irak » longtemps avant, précise la même source avant la mise en place par Washington de la coalition internationale. Les Gardiens de la révolution iranienne ont confirmé, hier, la mort du général Qassem Soleimani, émissaire de Téhéran pour les affaires irakiennes, dans une frappe à Bagdad, opéré par les États-Unis. De son côté affirmant la mort de ce dirigeant militaire iranien, le Pentagone a indiqué que : «sur ordre du Président, l’armée américaine a pris des mesures défensives décisives pour protéger le personnel américain à l’étranger en tuant Qassem Soleimani», a indiqué le ministère américain de la Défense dans un communiqué, soulignant que le général iranien dirigeait les opérations extérieures des Gardiens de la révolution, « une organisation classée comme «terroriste» par Washington » De son côté le locataire de la Maison Blanche, Donald Trump a réagi, dans son tweet, en exposant seulement le drapeau américain. Le guide suprême iranien a décrété, hier, trois jours de deuil national dans le pays après la mort du général Qassem Soleimani et a déclaré qu’«une terrible vengeance attendait les criminels», selon des propos rapportés hier, par la télévision publique iranienne et le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif a prévenu que la mort de Qassem Soleinmani relève d’une «escalade extrêmement dangereuse et imprudente» a-t-il Twetté.
Karima B.