Élections législatives de 2017 : Le RCD partant

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a décidé de participer aux prochaines élections législatives du printemps prochain et aux élections communales prévues en automne. Cette décision a été prise à une majorité écrasante.

Dans une déclaration à la presse, le président du RCD, Mohcine Belabbas, a expliqué que cette participation permettra au parti d’avoir plus de visibilité afin d’agir mieux sur la scène politique. Il a indiqué, par ailleurs, que dans une situation normale, un parti ne se pose pas la question de participer ou non à un scrutin. Il a invité les membres du CN, réunis à Alger, à focaliser sur les possibilités de faire avancer notre combat et de renforcer nos instances et notre influence dans la société. Par ailleurs, il a déclaré aussi que «nous avons toujours considéré que la racine des problèmes dans ce pays ce sont les fraudes électorales endémiques. D’autre part, il se pose la question des moyens dont il dispose pour couvrir ou non les circonscriptions électorales et, bien sûr, les propositions à défendre ou les alliances à contracter. Mohcine Abbas a déclaré que la règle pour un parti est la participation et l’exception est le boycott. Pour toutes les élections, à chaque fois qu’il s’agit de boycott, il est important de trouver un argument politique pour convaincre. Par ailleurs, il a rappelé que «nous ne sommes pas dans ce cas de figure, la preuve en est que nous avons boycotté les législatives et les locales de 2002 et les législatives de 2012 sans compter toutes les présidentielles, à commencer par les deux dernières, comme nous avons eu à participer dans d’autres circonstances». Pour Mohcine Belabbas, un parti démocratique ne peut et ne doit pas être otage de dogmes ou de préjugés. Il ne doit se positionner qu’en fonction d’analyses rationnelles et sereines qui embrassent la conjoncture avec pour seules considérations, les possibilités de faire avancer son combat et de renforcer ses instances et son influence dans la société. Par ailleurs, il a souligné que la participation de son parti à ces élections, lui permettra d’avoir une vision claire sur la situation qui prévaut en Algérie et lui permet de jouer un rôle prépondérant sur la scène politique. Il a ajouté que le parti ne devrait pas être l’otage des idées et des préjugés est qu’il doit être ses positions basées sur une analyse conforme à la situation actuelle que traverse le pays. Il faut rappeler que le RCD avait décidé de boycotter les élections législatives en 2012. Cette décision avait été prise, a été justifiée par la nécessité de préserver le crédit du parti dans un scrutin qui heurte (sa) conscience morale et les valeurs politiques qui ont porté (son) combat. D’autre part, il est à noter que parmi les grands inconvénients que partagera le RCD avec d’autres formations politiques, les dispositions de la nouvelle loi portant régime électorale qui fait presque obligation aux partis de participer aux élections. Au vu de la situation politique actuelle de pays, Mohcine Belabbas a considéré que la racine des problèmes dans ce pays ce sont les fraudes électorales endémiques. Elles sont inhérentes au système politique dont elles signent l’identité. Par ailleurs, il a souligné aussi que nous savons tous que des élections régulières dans un processus transparent et démocratique ne peuvent être gagnées par le pouvoir..Pour le président du RCD, le parti est au centre des luttes politiques qui se mènent sur la scène nationale. Nous sommes un partenaire respecté, loyal mais surtout autonome.
Lazreg Aounallah