Tebboune- Kais Saiedp2

ÉCHANGE TÉLÉPHONIQUE ENTRE ABDELMADJID TEBBOUNE ET KAÏS SAÏED : L’Algérie et la Tunisie en concertation politique permanente

La concertation politique entre les présidents algérien et tunisien est permanente, tant pour ce qui est des relations bilatérales que pour des questions internationales et notamment en ce moment de l’évolution de la situation en Libye où des efforts sont menés pour amener au dialogue les Libyens.

Ainsi, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a reçu lundi un appel téléphonique de la part de son homologue tunisien Kaïs Saïed, avec lequel il a évoqué les relations bilatérales et les derniers développements au niveau régional, notamment le dossier libyen, a  indiqué un communiqué de la présidence de la République.
« Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a reçu un appel téléphonique de la part de son homologue tunisien Kaïs Saïed, avec lequel il a passé en revue les relations bilatérales et sa visite prévue en Tunisie », lit-on dans le communiqué. Une visite qui aura lieu avant la fin de l’année et qui se prépare activement de part et d’autre.  Lors de leur entretien téléphonique les deux chefs d’État ont évoqué  les derniers développements au niveau régional, notamment le dossier libyen, le président Tebboune a réaffirmé la position claire et inébranlable de l’Algérie vis-à-vis de la crise libyenne, laquelle prône une solution pacifique et politique émanant de la volonté du peuple libyen frère. Dans ce sens, le président Tebboune s‘est félicité de  l’organisation par la Tunisie du dialogue inter-libyen sous l’égide de l’ONU, prévu début  novembre.
Pour rappel lors de son intervention au siège du MDN le président Tebboune  s’est exprimé  sur la Libye en détaillant la solution préconisée par l’Algérie pour mettre fin au conflit qui ensanglante ce pays frère et voisin depuis 2011. « Il n’y a qu’une seule solution en Libye », a-t-il tranché, devant les hauts gradés de l’armée, à leur tête le chef d’état-major de l’ANP, Said Chanegriha. Dans la foulée, le chef de l’État a affirmé qu’il « est urgent d’éteindre le feu en Libye, en organisant des élections législatives, avec la participation de tout le peuple libyen, pour élire une direction libyenne. Sinon, il n’y a aucune solution, sauf pour perdre du temps et aggraver la crise. » Le président Tebboune n’a pas manqué de souligner les menaces que pourrait représenter l’aggravation du conflit libyen sur l’Algérie et ses retombées en  Méditerranée.
Le chef de l’État a fait le constat que les  frontières de l’Algérie sont « devenues le théâtre de conflits internationaux qui nous concernent directement qu’on le veuille ou pas». Le président de la République avait  souligné que « l’Algérie poursuit ses efforts, avec son poids régional, pour aider les frères en Libye à trouver des solutions politiques pacifiques, uniquement par l’organisation d’élections qui donneront des institutions souveraines, loin des interventions et des confrontations étrangères, qui vont aggraver la crise dans la région de plus en plus. » la démarche de l’Algérie se fera en concertation avec la Tunisie mais aussi avec l’Egypte. Le président Tebboune avait déjà évoqué une concertation à trois- Algérie-Tunisie – Egypte- pour aider les Libyens à aller au dialogue et à préserver leur pays des interventions et convoitises extérieures.
Mokhtar Bendib