Train

DES JETS DE PIERRE SUR UN TRAIN BLESSENT GRIÈVEMENT UN CHEMINOT : Perturbations du trafic ferroviaire

Le trafic des trains a été interrompu pendant plus de deux heures hier matin suite à un mouvement de grève des cheminots pour protester contre les jets de pierre sur les trains. Il s’agit des lignes des banlieues Est et Ouest algéroises en plus de la grande ligne Alger – Tizi-Ouzou. Dès la matinée d’hier, début de semaine, les usagers ont été surpris de voir les trains à l’arrêt, beaucoup de personnes se sont retrouvées coincées pour rejoindre leur travail ou lieu d’étude. Dans la plupart des gares des lignes concernées, un seul constat : les premiers trains sont tous annulés. Le retour à la normale est intervenu à partir de 8 heures, après que les cheminots ont repris le travail graduellement après deux heures de grève. «La Société nationale de transport ferroviaire (SNTF) informe ses clients que des perturbations de trafic des trains sur les lignes de banlieues auront lieu le dimanche 18 novembre 2018. Cela à cause d’un mouvement de protestation ordinaire par des cheminots dénonçant des blessures graves sur l’un d’entre eux suite à un caillassage», fait savoir la SNTF dans un communiqué. Pour les cheminots, l’action de protestation est un cri de colère contre les blessures graves qu’a eu leur collègue pendant son travail. «Notre collègue a été victime de jets de pierre. Il a été atteint d’une grave blessure sur un œil. Ce problème de caillassage des rames de trains est très embê- tant. Ce n’est pas bon du tout. J’espère que ça va s’arrêter, parce que cela pose de sérieuses menaces sur la vie des conducteurs et génère quotidiennement des pertes matérielles pour la SNTF. Il faut que les autorités publiques interviennent pour y mettre un terme au plus vite», a confié à Ennahar TV, hier, Hossame Belarbi, représentant des cheminots. Les faits ont eu lieu sur un train circulant sur la ligne Alger – Thénia, lorsque des jets de pierre ont dégradé la vitre de la cabine avant du train avant de pénétrer à l’intérieur et blesser gravement le conducreur. Des cheminots ont dénoncé, à maintes reprises, des faits similaires, des incivilités qui occasionnent les dégradations des trains et des retards sur le trafic du rail. Des passagers avaient publié des photos montrant des impacts de projectiles sur des vitres de train. Selon la SNTF, qui évoquait un «caillassage», ces impacts s’expliqueraient par des jets de projectiles, des pierres par exemple. Pour rappel, la SNTF avait révélé lors de sa dernière campagne de sensibilisation sur les risques que représentent les passages à niveau, que la réparation des vitres avait coûté, de février à septembre de l’année en cours, plus de 26 millions de DA en raison du phénomène des jets de pierre au passage des trains. 1 378 cas de jets de pierres sur des trains ont été recensés depuis 2013 jusqu’à septembre dernier, causant des blessures à 163 voyageurs et agents de la SNTF.

Hamid Mecheri

LE TRAFIC FERROVIAIRE PERTURBÉ À ALGER EN RAISON DU MOUVEMENT DE PROTESTATION DES TECHNICIENS DE LA SNTF Les citoyens se sont tournés vers les gares routières comme seule alternative

Dans un communiqué, diffusé hier matin, la Société nationale du transport ferroviaire (SNTF) a annoncé des perturbations du trafic ferroviaire qui sont dues à un «mouvement de protestation ordinaire, après qu’un conducteur ait été blessé par des jets de pierres». En effet, les techniciens et les chauffeurs de la SNTF ont déclenché cette petite grève pour protester contre les jets de pierre, dont ils font l’objet quotidiennement, mais le transport ferroviaire de la capitale à destination d’Oran et de Constantine, a connu des perturbations dans les horaires de départ, avant que tout rentre dans l’ordre vers 8h 10 du matin, a constaté le Courrier d’Algérie sur place. Sid Ahmed Benatallah, directeur de communication à la SNTF nous a affirmé, hier, que «la protestation des chauffeurs n’a duré qu’une heure et le personnel a repris le travail normalement vers 8h 10», en expliquant que «ce mouvement est un acte de solidarité du personnel de la SNTF avec leur collègue (chauffeur) qui a été blessé au visage, au niveau de Boudouaou, à bord du train Alger-Thenia». Concernant les actes de violence, Benatallah ajoute «on a toujours candamné ça, et on a déjà fait plusieurs campagnes de sensibilisation à Alger , à Oran, et à Chlef, ainsi que des campagnes de sensibilisations pour les enfants dans les écoles. Après, c’est l’affaire des collectivités (autorités) locales, c’est l’affaire de la wilaya, c’est l’affaire de tout le monde. Par ailleurs, le mouvement de contestation des techniciens de la société a causé une perturbation du trafic des trains, impactant, ainsi les déplacements des citoyens qui se sont tournés vers les gares routières comme seule alternative, avant la reprise graduelle du service. Pour rappel, la SNTF avait révélé, lors de sa dernière campagne de sensibilisation sur les risques que représentent les passages à niveau, que la réparation des vitres avait coûté, de février à septembre de l’année en cours, plus de 26 millions DA en raison du phénomène de jets de pierre au passage des trains. 1 378 cas de jet de pierres sur des trains ont été recensés depuis 2013 jusqu’à septembre dernier, causant des blessures à 163 voyageurs et agents de la SNTF.
Lilia Sahed