Coronavirus

DES DÉFECTIONS EN PLEINE CRISE SANITAIRE DU COVID-19 : Quand des médecins faillent à leur devoir

Un formidable élan de solidarité s’est manifesté entre Algériens pour lutter ensemble contre la propagation du coronavirus et stopper sa conquête dévastatrice, à travers des campagnes de sensibilisation, de désinfection, de dons de tous bords, achat de matériel pour les hôpitaux du secteur public, assistance aux familles démunies, toutes sortes d’aides au personnel médical, qui manque toujours de moyens de protection, en raison de l’absence d’une stratégie de distribution infaillible.

Toutefois, cette dynamique prise à l’unisson est quelque peu altérée, et avec regret d’ailleurs, par la défection des médecins d’autres spécialités qui ne viennent pas en aide, en ces temps de vaches maigres, à leurs collègues des services en charge des malades du coronavirus pour atténuer, un tant soit peu, la détresse et la pression auxquelles sont soumis depuis l’apparition des premiers cas dans le pays. Alors que la crise s’accentue de plus en plus, nos médecins présents sur les lieux sont exténués à force de travailler sans répit pour sauver des vies humaines. À cela s’ajoute également la fermeture de plusieurs cabinets médicaux privés de peur d’être contaminés, pénalisant à la fois les patients ayant l’habitude de s’y rendre pour contrôles médicaux. Mais aussi, à travers leurs dérobades, ils ont privé le secteur public d’une contribution inestimable, car ils peuvent servir à la détection des cas suspects du coronavirus pour les orienter ensuite vers les établissements sanitaires publics spécialisés. Pour avoir plus d’éclaircissements sur cette « fuite » qui n’honore pas le Serment d’Hippocrate de certains médecins devant leur responsabilité, auquel s’ajoute malheureusement l’absentéisme enregistré au niveau des structures sanitaires publiques, dû essentiellement au manque de transport depuis l’arrêt du trafic routier, en plus de s’acquérir sur les conditions de travail dans ces structures, nous avons contacté le Président du syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), docteur Lyes Merabet pour nous faire le point de situation sur ces questions et bien d’autres.

Les professionnels appelés à assumer leurs responsabilités
« Bien qu’il est légitime pour les professionnels de la santé de revendiquer l’amélioration des conditions de travail en général, comme c’est le cas pour notre syndicat qui, à travers les médias, se bat quotidiennement pour garantir des conditions idoines au personnel de la santé pour pouvoir être à la hauteur dans l’exercice de ses fonctions, en leur assurant notamment les moyens de protection , de surcroît qu’ils sont à la première ligne dans cette guerre contre ce virus, ainsi que le transport, la restauration et le confinement sanitaire pour ne pas être contaminés et devenir, ainsi, une courroie de transmission du virus pour son entourage, il n’en demeure pas moins, qu’il est regrettable de constater ce genre de pratique chez certains médecins qui, en pareil situation, fuient leurs responsabilités », a déclaré M. Merabet. « Nous condamnons ce genre de pratique et nous appelons l’ensemble des professionnels de la santé à se soumettre à l’éthique et à la déontologie de la profession en ces circonstances difficiles, et à assumer leurs responsabilités face à cette pandémie », a lancé M.Merabet, tout en souhaitant que « tous ses collègues de la profession, que ce soit dans le secteur public ou privé, se déploient pour affronter ensemble la crise sanitaire actuelle, car, a-t-il poursuivi, il est du devoir de tout un chacun d’assumer ses responsabilité, et en tant que professionnels de la santé, on est donc appelé à soigner notre population », précisant, toutefois, que concernant le secteur privé, la question de son déploiement relève des autorités et non de son syndicat.
Brahim Oubellil