Grève résidents

Des AG Locales de la base pour trancher la question : La grève des résidents en suspens

Tandis que la réunion ayant regroupé, avant-hier, le ministre de la Santé et les représentants du Camra s’est terminée sur une note positive, les résidents devront voter, aujourd’hui, lors des assemblées générales de wilayas, pour le gel ou le maintien de leur mouvement de grève, en attendant que la décision finale soit prise lors de la réunion du bureau national, qui se tiendra au plus tard mercredi matin (demain).

La grève des médecins résidents touchera-t-elle à sa fin? D’après l’issue de la rencontre qui s’est tenue avant-hier, entre le ministre de la Santé, et le Camra (Collectif autonome des médecins résidents algériens) nous pouvons le supposer. Des assemblées générales de wilayas seront tenues, à travers l’ensemble des CHU du pays, pour voter sur l’avenir de cette grève entamée il y a plus de quatre mois, en attendant la réunion du bureau national qui, quant à elle, se tiendra dans l’après-midi d’aujourd’hui ou au plus tard demain matin. C’est du moins ce qui a été affirmé par le Dr Salah-Eddine Daddi, membre du Collectif qui précise qu’il « faut attendre la réunion du bureau national pour connaître la décision finale ». Pour notre interlocuteur, « il est difficile de se statuer sur l’avenir de ce bras de fer, car celui-ci ne sera gelé que si les collègues des différentes régions du pays le décident à l’unanimité ». Il est à rappeler qu’à l’issue de la rencontre tenue avant-hier, les deux parties ont exprimé leur satisfecit en évoquant des avancées considérables.
Le compte-rendu de la réunion, rendu public par le CAMRA, dévoile dans le détail les conclusions de celle-ci. Ainsi, parmi les nouveautés au sujet du service civil, cheval de bataille des résidents, il a été arrêté « le principe de fixer la durée de 3 à 4 ans pour les villes universitaires du Nord du pays et de 1 à 2 ans pour les autres villes, y compris les villes universitaires du Sud ». S’agissant de la prime liée au service civil, le document précise qu’il a été arrêté le principe d’instaurer une prime mensuelle du service civil dont le montant variera entre 20 000 Da et 60 000 Da en fonction de la zone et en dehors des villes universitaires. Cette prime sera maintenue au delà de la période du service civil si l’assujetti décide de son maintien dans le même établissement. De surcroît, il a été décidé que la durée du service national accomplie est déductible de la durée du service civil. L’existence d’un plateau technique sera, en outre, une condition préalable à l’affectation du médecin spécialiste dans un hôpital. Pour ce qui est du logement, il a été retenu le principe de la disponibilité d’un logement individuel, équipé, adapté et décent comme préalable à toute affectation dans le cadre du service civil pour les wilayas du Sud et des Hauts plateaux et les villes situées dans un rayon de 100 km au plus du domicile du médecin concerné. Mais en cas d’indisponibilité du logement, le chef d’établissement est dans l’obligation de recourir à une location. Au sujet du regroupement familial, le document précise qu’il a été retenu le principe d’accorder un regroupement familial pour tous les couples appartenant au secteur de la santé sans passage par la commission des recours. Par ailleurs, la réouverture du dossier du statut du résident est l’une des propositions faites par le ministre de la Santé. Celui-ci a donné son accord pour ouvrir ce dossier en vue d’apporter « toutes les corrections nécessaires aux insuffisances et incohérences contenues dans le statut actuel », écrit-ton sur le compte rendu. Ceci permettra, entre autres, d’accorder un droit entier au congé de maternité aux spécialistes du service civil, d’offrir aux médecins une couverture juridique et un droit aux congés spéciaux, à l’exception des dispositions pouvant engendrer une incidence financière. Le ministre de la Santé a mis comme condition pour l’application de ses propositions l’arrêt de la grève et la reprise du travail.
Lamia Boufassa