Berkani Bekkat

DÉROULEMENT DU RÉFÉRENDUM : Le protocole sanitaire dévoilé aujourd’hui

L’échéance à venir oblige, le Comité scientifique de suivi de l’évolution de la situation de la pandémie du Coronavirus (CSSEPC) dévoilera, aujourd’hui, les mesures sanitaires prises dans le cadre d’un protocole sanitaire à mettre en œuvre lors du référendum du 1er novembre sur le projet de révision de la Constitution. «Un protocole sanitaire pour le référendum a été globalement adopté et il ne reste que quelques légères corrections à apporter ultérieurement par le comité », a indiqué jeudi dernier ledit Comité. Contacté, hier, par le Courrier d’Algérie, Mohamed Bekkat Berkani, membre de ce Conseil sanitaire, également président de l’Ordre des médecins algériens, a refusé de répondre sur la nature de ces mesures sanitaires spéciales : « C’est un protocole qui a été adopté par le Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus. Moi, je ne peux pas le divulguer. C’est à l’ANIE de le faire  ». «  De toute façon, il sera signé officiellement ce dimanche [aujourd’hui, NDLR]  », a-t-il poursuivi, refusant de donner plus de détails. La date du référendum sur la révision constitutionnelle a été fixée au 1er novembre prochain, avait annoncé la Présidence de la République dans un communiqué, à l’issue d’une rencontre tenue au plais d’El-Mouradia avec le président de l’ANIE, Mohamed Chorfi. Jeudi dernier, le CSSEPC a annoncé la validation des propositions formulées par l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) relatives aux mesures sanitaires pour les électeurs, les bureaux de vote et le dépouillement. L’ANIE a pris toutes les «  mesures préventives contre la propagation du coronavirus  ». Elle a proposé un « protocole détaillé pour permettre aux citoyens d’accomplir leur devoir dans de bonnes conditions sanitaires ».

Les premières mesures connues
Selon de nombreux professionnels de la Santé publique, les autorités doivent mettre le paquet sur l’obligation de respect des mesures d’hygiène et de la distanciation sociale afin d’assurer la protection sanitaire des électeurs et des personnels encadrant l’opération électorale. À chaque étape de l’opération au sein des bureaux de vote, l’électeur devrait respecter une distance suffisante d’au moins un mètre entre chaque personne, suggèrent les spécialistes de la santé. De même, l’aménagement de chaque bureau de vote doit être conçu de telle manière qu’il évite les situations de promiscuité prolongée. Parmi les mesures de précautions préconisées par les spécialistes, il est également recommandé aux électeurs de se laver régulièrement les mains. Pour prévenir la propagation de la Covid-19, il est nécessaire également pour les responsables des bureaux de vote de se laver les mains régulièrement. Ainsi, chaque bureau de vote devra mettre à la disposition des électeurs du gel hydro-alcoolique. Les mesures de distanciation devront être indiquées par des signalétiques et des marquages sur le sol. Ces derniers jours, les chiffres sur les contaminations au Covid-19 sont en baisse par rapport aux semaines précédentes. Dans les rues et lieux publics, l’on constate de plus en plus de comportements abandonnant ou ignorant la distancation physique et le port du masque. À un peu moins de deux mois de la tenue du référendum populaire sur la Constitution, il est essentiel de mettre en place un protocole sanitaire rigoureux pour répondre aux inquiétudes des électeurs susceptibles de les dissuader à exprimer leur voix. Tout en admettant que la situation épidémiologique en Algérie est en train de s’améliorer et de se stabiliser, Mohamed Bekkat Berkani a insisté sur la nécessité de coexister avec ce virus en adoptant les mesures de prévention comme les gestes barrières et en étant vigilant pour limiter sa propagation et maintenir les résultats satisfaisants réalisés jusqu’à maintenant. « Certains pays ont des milliers de cas d’infections, mais ils sont revenus à leur vie normale sur la base d’un protocole sanitaire  », a-t-il déclaré la semaine dernière à la Radio nationale, ajoutant que l’Algérie avait fait «  des recommandations strictes afin de préserver et protéger la santé des citoyens ». Berkani a également considéré qu’ « il est temps pour que la vie académique, scientifique et même sportive reprenne son cours  ». «  Mais à condition que les mesures préventives soient pleinement respectées et appliquées sur le terrain, mais aussi suivre scrupuleusement le protocole sanitaire adopté par le gouvernement », a-t-il mis en garde.
Hamid Mecheri