Ould Kablia

Dahou Ould Kablia évoque l’épineux problème des « agents doubles » : «Salah Bouakouir a grandement aidé la Révolution !»

Intervenant, hier, au forum d’« El-Moudjahid », le président de l’association des anciens du « MALG », le Moudjahid, Dahou Ould Kablia, a affirmé que la création du gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) en 1958 était une étape historique importante dans la lutte de libération nationale, rappelant ainsi que la naissance du GPRA avait pour objectif de faire connaître la révolution aux gouvernements des pays étrangers.

Ould Kablia a rappelé, par ailleurs, que 1958 était l’année durant laquelle il a été proclamé la naissance de « GPRA » par le CCE (Conseil de coordination et d’exécution), précisant, dans le même contexte, que le  congrès de la Soummam, (1956) qui était aussi un acte majeur structurant de la révolution algérienne, a réuni la majorité de principaux dirigeants du CCE afin de créer le GPRA. L’invité du Forum a, d’autre part, évoqué la reconnaissance du GPRA, révélant, à ce titre que 20 pays ont reconnu ce gouvernement transitoire. L’intervenant a, en revanche, évoqué les conférences de Tanger et de Tunis et le rôle du CCE, ajoutant que ce dernier a décidé alors de mettre en place, le 19 septembre 1958,un gouvernement provisoire dont le premier président fut Ferhat Abbas : « Je dirai aussi que l’organisation de la conférence à Tanger avait pour objectif un soutien politique et diplomatique en faveur de la Révolution algérienne », a-t-il renchéri. Évoquant les membres du MALG (ministère de l’armement et des liaisons génarales) Ould Kablia a affirmé que « Salah Bouakouir » (qui était  secrétaire général adjoint, chargé des affaires économiques, au sein du gouvernement de l’Algérie française) a grandement aidé la Révolution algérienne. « d’ailleurs il méritait le statut de martyr pour tout ce qu’il a apporté à la Révolution algérienne », a déclaré Ould Kablia, en précisant également que ce dernier a rencontré le premier président du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), Ferhat Abbas, pour intégrer la Révolution algérienne par sa contribution.
L’orateur ajoutera, cependant, que  Salah Bouakouir a aidé la Révolution algérienne bien que le président Boudiaf ait traité Bouakouir de traitre ». Cette rencontre était aussi l’occasion d’évoquer le rôle incontournable de Abdelhafid Boussouf, précisant, par ailleurs, que ce dernier était un révolutionnaire incontournable en matière de direction de la Révolution : « Boussouf était le vrai ministre de la guerre, il avait tous les renseignements, l’armement, la logistique et la communication, les trois points qui permettent la survie de l’état-major », a-t-il avoué. Et d’ajouter : « Le colonel Boumediène, par contre, n’était pas considéré comme un chef d’état-major avec la totalité des pouvoirs. »
Mehdi Isikioune