greve-education

CYCLE PRIMAIRE : Les enseignants brandissent la menace de grève

Après une longue période de trêve, voilà que la coordination des enseignants du primaire, à l’origine d’une longue série de grèves l’année dernière, tente de faire parler d’elle à nouveau en menaçant de renouer avec les actions de contestation à la prochaine rentrée scolaire, si la tutelle ne respecte pas ses engagements quant à la prise en charge de la plateforme de revendication.
Dans une lettre adressée au ministère de l’Education nationale, ladite coordination qui, faut-il le souligner, ne s’est prononcée sur aucune des questions liées à l’organisation de la fin de l’année scolaire ni des examens officiels notamment la 5Ap, est sortie de son confinement pour uniquement rappeler ses revendications. En effet, cette organisation a clairement laissé entendre que si jamais les engagements pris par le MEN contenus dans un PV signé conjointement ne sont pas respectés d’ici la prochaine rentrée, il sera question de reprendre les actions de contestation dont la grève et les rassemblements. À rappeler que les enseignants du cycle primaire ont entamé une grève cyclique de trois jours chaque semaine à partir du 7 octobre 2019. Plusieurs rencontres ont eu lieu avec les responsables du ministère de l’Éducation pour mettre fin au bras de fer jusqu’à ce que les deux parties soient arrivées à un accord à travers notamment la signature d’un PV commun. Les enseignants du cycle primaire revendiquent la révision des salaires, la diminution du volume horaire et des charges extra-pédagogiques dont ils sont l’objet, alors que cela fait partie des prérogatives des superviseurs. Ils réclament, également, la révision des programmes pédagogiques, l’application avec effet rétroactif du décret présidentiel 266/14 fixant la grille indiciaire des traitements et le régime de rémunération des fonctionnaires et l’unification des critères de classement afin de valoriser sur un pied d’égalité les détenteurs de diplômes. Ils appellent, en outre, à la récupération du droit à la retraite anticipée sans condition d’âge, le rattachement de l’école primaire au ministère de l’Éducation nationale et la création d’une formule de logement spécialement dédiée aux enseignants. Ils réclament également la régularisation de la situation des enseignants formateurs de manière à ce qu’ils puissent participer aux concours administratifs.
Ania Nait Chalal