Contamination à la rougeole : Le bilan s’alourdit

De nouveaux cas de contamination à la rougeole on été enregistrés depuis le 11 mars dernier. Selon un nouveau bilan du ministère de la Santé arrêté mardi, le nombre de personnes affectées par l’épidémie est passé de 2317 à 3075. La maladie a fait, notamment, un sixième cas de décès. C’est ce qu’a fait savoir le professeur Leila Smati, pédiatre et membre du comité technique consultatif des vaccinations au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. S’exprimant hier sur les ondes de la Radio nationale Chaîne III, elle a en effet affirmé que 6 décès ont été enregistrés et 3 075 cas identifiés, notamment dans le Sud du pays, à cause de l’épidémie de la rougeole. Selon la responsable, cette épidémie de rougeole qui touche pour l’instant 13 wilayas du pays est concentrée essentiellement dans les wilayas d’El Oued, Ouargla, Biskra et Illizi. Le dernier bilan communiqué par le ministère, arrêté au 11 mars, avait fait état de 2 317 cas recensés dans 13 wilayas, dont 1 047 à El-Oued et 797 à Ouargla, alors que les cas de décès s’élevaient à cinq depuis l’apparition de l’épidémie le 25 janvier 2018 à El-Oued. Le Pr. Smati a précisé que la rougeole est une maladie infectieuse infantile et qu’une personne malade peut en contaminer entre 16 et 18 autres, d’où la rapidité de sa propagation. Citant des villes où les taux de vaccination contre la maladie ont été extrêmement bas, telles celle d’Alger (14%), Tipaza (15%), Constantine (19%) ou Oran (25%), Leila Smati, a signalé que si la situation n’est pas vite corrigée, il y a un grand risque de voir se propager une épidémie de grande ampleur qui engendrera un fort taux de mortalité. Le ministère de la santé avait, faut-il le rappeler, imputé l’apparition de cette épidémie aux perturbations ayant caractérisé la campagne de vaccination contre la rougeole en mars 2017 en raison de la réticence des parents à s’y soumettre, soulignant que seulement 45% d’élèves sur 95% escomptés avaient été vaccinés.

Un dispositif de veille sanitaire à Ghardaïa
À noter, par ailleurs, qu’un dispositif de veille sanitaire et d’alerte contre la rougeole et la rubéole vient d’être activé et renforcé à titre préventif dans les différentes localités de la wilaya de Ghardaïa. Ce dispositif de veille active et de vigilance, auquel est associé l’ensemble des acteurs intervenants dans la lutte épidémiologique, en particulier les services de la santé, les élus et les responsables locaux et la Protection civile, a été renforcé par la participation de membres de la société civile, a précisé Boualem Amrani. Des cellules, composées de personnes qualifiées et sensibilisées sur la sécurité sanitaire, ont été réactivées dans les différentes communes de la wilaya, suite à l’apparition de foyers de rougeole et de rubéole dans certaines wilayas du Sud du pays, a-t-il déclaré. Les médecins, publics et privés, de la wilaya de Ghardaïa ont été instruits d’être vigilants et de signaler systématiquement tout cas de ces maladies (à déclaration obligatoire), afin de les circonscrire et d’empêcher leur propagation. Le directeur de la santé et de la population (DSP) de Ghardaïa, Ameur Benaïssa, a assuré, lors de l’installation hier de cette cellule, placée sous l’autorité du secrétaire général, que l’ensemble des structures de la santé ont été mobilisées H 24 et que des quantités suffisantes de doses de vaccin contre ces pathologies ont été distribuées.
Ania Nait Chalal