Drogue

Consommation de drogues à Tizi Ouzou : La sensibilisation et les activités de loisirs comme prévention

Les participants à une journée sur la prévention de la consommation de drogues ont insisté à Tizi-Ouzou sur l’importance de la sensibilisation et de la pratique des activités de loisirs pour prévenir ce fléau.

Lors de cette rencontre, placée sous le thème «la drogue, un fléau social qui détruit les familles», organisée par la wilaya et placée sous le haut patronage du ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, les intervenants ont mis en exergue l’importance d’intensifier les campagnes de sensibilisation de proximité qui cibleront particulièrement les enfants et les jeunes, afin de leur expliquer les impacts négatifs sur la santé mentale et physique, et sur l’intégration dans la société qu’induit une consommation de drogues. Dans une allocution d’ouverture, le wali Mohammed Bouderbali, a insisté sur les conséquences de la toxicomanie chez l’adulte, sur l’activité professionnelle, et qui peuvent aller jusqu’à la perte de l’emploi. Aussi, a-t-il souligné la nécessité de conjuguer les efforts de tous les acteurs dont les autorités locales, les instances compétentes et la société civile pour lutter contre ce phénomène. Le chef de brigade de lutte contre les stupéfiants de la sûreté de wilaya, le commissaire El Hassane-Mohamed Bessam, a présenté, pour sa part, un bilan d’activité concernant la lutte contre le trafic de stupéfiants pour les mois de février et mars derniers à Tizi-Ouzou. En février dernier, sa brigade a saisi plus de 18,6 kg de kif traité et 33 comprimés psychotropes, et interpelé 22 personnes pour consommation de drogues et 11 autres pour leur commercialisation. En mars écoulé, la même brigade a saisi plus de 6 Kg de kif et 534 comprimés psychotropes, et présenté au parquet 9 individus pour consommation de stupéfiants et 19 autres pour commercialisation de drogues, a-t-il dit. Le même commissaire a estimé que la pratique d’une activité de loisirs (sport, musique, théâtre ) est une des solutions qui peuvent contribuer à la réduction de la consommation de drogues, car constituant une occupation utile. Toutefois, le rôle de l’école et de la famille dans la prévention de ce fléau reste «primordial», en parlant aux enfants des dangers des stupéfiants sur leur santé et au plan relationnel, a-t-il ajouté. Le Dr Seklaoui Nacéra, psychiatre au CHU de Tizi-Ouzou, a rappelé, de son côté, les chiffres de l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie (ONLDT) qui font état de la saisie, au niveau national, de 38 tonnes de résine de cannabis durant les huit premiers mois de 2017. Elle a souligné les effets néfastes de la consommation de stupéfiants sur la santé, entre autre, l’apparition de maladies respiratoires dont le cancer des poumons, de maladies mentales, l’agressivité, des palpitations diminution des capacités de la mémoire immédiate et de la concentration.