Zlabia

COMMERCES DE PATISSERIE, ZLABIA ET KALB EL LOUZ, SALONS DE COIFFURE ET VENTE DE CHAUSSURES : Le rush commence peu à peu

Bien qu’elle vise d’atténuer l’impact de la pandémie du coronavirus sur les plans économique et social, l’élargissement des autorisations d’ouverture des commerces à d’autres activités portent le risque d’une propagation du virus.
À moins qu’il y ait un accompagnement rigoureux en mesures de prévention et de protection contre la circulation du Covid-19, qu’il conviendrait à mettre en place devant et à l’intérieur des magasins, les ruées observées depuis ces deux derniers jours devant les salons de coiffure, commerces de pâtisserie et de vente de Zlabia et Kalb El-louz, ne sont pas à même de rassurer quant à une maîtrise de la propagation de la pandémie.
Exception faite aux boutiques qui vendent des chaussures, dont il faudrait attendre une affluence record durant les derniers jours de Ramadhan, à l’approche de la fête de l’Aïd, les consommateurs sont nombreux à s’agglutiner autour des confiseries et autres friandises prisées en ce mois sacré. Si certains acheteurs prennent le soin de porter bavettes et autres gangs par mesure de précaution, d’autres, par contre, et pire encore, continuent à se frotter à leurs vis-à-vis devant les magasins, comme nous l’avons constaté, hier, à vieux Kouba, dans la capitale.
Dans son instruction, le Premier ministre Djerad a ordonné aux premiers magistrats des wilayas d’accompagner, d’autres mesures, le suivi de l’ouverture de la douzaine de commerces autorisés d’activité, à l’effet de se prémunir contre le virus Corona et de-là, prévenir contre sa circulation. Toutefois, intervenant hier à ce sujet, des acteurs de la société consumériste ont émis des réserves quant à l’applicabilité de ces mesures.
Mais surtout, ils s’interrogent si les propriétaires de ces commerces, comme les salons de coiffure ainsi soumis à une tension par la forte demande des clients, disposent d’assez de moyens pour maîtriser la situation sanitaire. Pour ce faire d’ailleurs, les commerçants doivent gérer leur clientèle de telle sorte, par exemple, à éviter que les personnes ne se collent les uns aux autres, ne pas permettre la présence de plusieurs clients à l’intérieur des magasins et se doter et doter autrui de moyens de protection, comme le gels hydro-alcoolique, les bavettes, les gants etc…
En tout état de cause, et c’est d’autant plus encore que le dispositif de confinement est prolongé jusqu’au 14 mai prochain sur décision du Gouvernement, les gérants de ces commerces doivent être soumis à des règles strictes d’hygiène au risque de choper ou de faire contaminer les autres par le Covid-19.
Farid Guellil