FRANCE-ALGERIA-NUCLEAR-WEAPONS-ANNIVERSARY

COLLOQUE SUR LES ESSAIS NUCLÉAIRES DE LA FRANCE EN ALGÉRIE : « Un crime imprescriptible contre l’humanité »

Les essais nucléaires menés par la France coloniale dans le Sahara algérien sont un « crime imprescriptible » contre les Algériens et contre l’humanité toute entière, ont souligné jeudi dernier, les participants à un colloque organisé par le Musée national du moudjahid à l’occasion de la commémoration du 60e anniversaire des essais nucléaires français. Le Secrétaire général du ministère des Moudjahidine et des ayants droit, Rebika Laïd a mis en avant, lors de cette rencontre, « l’impératif de trouver les mécanismes adéquats pour régler tous les dossiers relatifs à la mémoire nationale ».

Dans son allocution d’ouverture, M. Rebika a affirmé que la question de l’indemnisation des victimes des radiations suite à ces essais nucléaires dans le Sahara algérien figure parmi les dossiers dont le Gouvernement attache de l’importance pour trouver les mécanismes adéquats en vue de leur règlement, au même titre que tous les dossiers relatifs à la mémoire nationale. Soulignant que la France coloniale avait élaboré des cartographies « pour asseoir sa mainmise sur tout le territoire et assiéger les moudjahidine », le Secrétaire général du ministère des Moudjahidine a cité « la pose de milliers de mines au niveau des zones frontalières, qui continuent à faucher des vies innocentes ». Intervenant à ce colloque, le Pr. Ammar Rakhila, historien, a rappelé « la responsabilité de la France devant le droit international » en raison des préjudices causés aux populations locales, à l’environnement notamment en ce qui concerne l’équilibre écologique en Algérie. Il a relevé la nécessité de contraindre la France, par « la force de la loi », à assumer entièrement ses responsabilités, y compris en ce qui concerne les déchets radioactifs et leurs impacts négatifs constants sur l’environnement et la santé de l’homme, proposant, enfin, « la création d’une instance chargée de l’élaboration d’un dossier intégré sur ces explosions ». à cette occasion, un film documentaire a été projeté sur les explosions et les crimes commis par le colonialisme français qui a fait usage d’armes de destruction massive prohibées de par le monde, tels que les gaz toxiques, le napalm et les armes chimiques et bactériologiques. Le film relate les explosions nucléaires effectuées dans le Sahara algérien, au nombre de 57 entre explosions et essais nucléaires.
R.N. APS