lina-TV-logo

CETTE CHAINE EST FERMÉE DÉFINITIVEMENT SUR DEMANDE DE L’ARAV : « LinaTV est un danger pour l’unité nationale »

Gravement accusée par l’Autorité de régulation de l’audiovisuelle, la Chaîne privée « Lina Tv », qui diffuse ses programmes depuis février 2015, a été fermée décisivement sur décision du ministère de la Communication et demande de cette Autorité.
Ainsi, L’ARAV a demandé, hier, dans un communiqué rendu public, au ministère de la Communication, de procéder à la fermeture « immédiate et définitive » de la chaîne Lina TV, après la mise en demeure qu’elle lui avait adressée pour le « respect des principes déontologiques en vigueur ». Se saisissant de la requête de l’ARAV, le ministère de la Communisation a ordonné, sur le champ, la fermeture de ce média télévisuel. Dans un communiqué, diffusé hier sur sa page facebook, le département de Belhimer confirme, qu’à ce jour, Lina TV « n’a pas bénéficié, ni ne bénéficiera de l’autorisation préalable pour exercer son activité audiovisuelle en Algérie », appelant de fait les autorités concernées à rendre effective cette décision.
En effet, dans son communiqué, l’ARAV expose les motifs qui l’ont poussé à demander la fermeture de ce média. « Après la mise en demeure adressée par l’ARAV le 26 janvier 2021 à la chaîne Lina TV, lui rappelant l’obligation de respecter les principes déontologiques en vigueur, l’Autorité a enregistré, encore une fois, de graves dérapages professionnels commis par cette chaîne, lesquels pourraient exacerber la situation en cette circonstance sensible », précise-t-elle.
Plus grave, lorsque l’ARAV reproche à LinaTv une atteinte à l’unité nationale. « Persistant dans l’empiètement des règles appliquées dans l’activité audiovisuelle et contribuant à la diffusion, de manière directe ou tacite, du discours subversif et illusoire à l’opinion publique, cette chaîne est considérée par l’Autorité, comme un danger sur l’unité nationale au moment où la nation traverse une situation exceptionnelle qui ne tolère point ce genre de dérapages pouvant prendre d’autres proportions et interprétations qui ne servent que les visées de groupes d’intérêts et d’agendas douteux », charge l’ARAV.
En tout état de cause, « Face à ces violations et dépassements professionnels, l’ARAV demande au ministère de la Communication de prendre les mesures adéquates pour la fermeture immédiate et définitive de cette chaîne et appelle les employés des médias lourds à se conformer au critère d’objectivité, à promouvoir les contenus des programmes et à respecter les impératifs du service de la Communication audiovisuelle », recommande l’Autorité. Suite à quoi, le ministère de la Communication décide de fermer définitivement cette chaîne privée qui aura existé un peu plus de six ans dans le paysage audiovisuel national.
F. G.