Céréaliculture à Aïn Defla : La production multipliée par 8 en l’espace de 18 ans

La production céréalière a été multipliée par 8 en l’espace de 18 ans dans la wilaya de Aïn-Defla, passant de 240 089 qx en 2000 à 1 960 000 qx en 2018, a indiqué un responsable de la direction locale des services agricoles (DSA). Ce chiffre représente une hausse de la production de 714 %, a précisé le chargé des statistiques à la même direction, Amar Saâdi, qui s’exprimait en marge d’une rencontre organisée à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’alimentation, signalant que la production en question a été engrangée sur une superficie avoisinant les 76 000 ha. Le développement de la production céréalière dans la wilaya s’explique notamment par la stratégie d’intensification adoptée, consistant en le recours aux semences améliorées, l’ensemencement, le traitement ainsi que l’irrigation complémentaire, a-t-il précisé. C’est le même constat s’agissant de la quantité de céréales récoltée durant la période considérée, laquelle est passée de 111 140 qx en 2000 à 945 450 qx en 2018, soit 8 fois plus également, a-t-il observé. Le DSA de Aïn-Defla, Mokhtar Bouabdelli, a pour sa part mis l’accent sur l’impératif de célébrer la Journée internationale de l’alimentation avec comme point de mire l’augmentation de la production agricole en vue de faire face aux besoins sans cesse grandissants de la population et, par ricochet, assurer la sécurité du pays dans ce domaine et dont la sensibilité n’est plus à démontrer. Il a, dans ce cadre, estimé vitale le recours à grande échelle des techniques moderne d’irrigation en vue d’accroître le rendement des cultures, relevant l’importance d’associer l’université dans les recherches se rapportant à ce domaine. Présentant une communication portant sur la sécurité alimentaire, Dr Bensehaïla Sarah de l’université Djillali Bounaâma de Khémis-Miliana a noté que la lutte contre la sous-alimentation exige d’avantage d’intérêt porté à l’aspect qualitatif des aliments, lesquels, a-t-il dit, ne doivent en aucun cas comporter des éléments toxiques fussent-ils infimes. Dans une communication intitulée «Alimentation et santé humaine», Dr Cheurfa Mohamed du même établissement universitaire a, de son côté, noté que le changement des habitudes alimentaires induit par la consommation d’aliments dont la préparation est facile a conduit à la suralimentation, observant que cette dernière se caractérise par la mauvaise répartition des apports énergétiques durant la journée.