Céréales : La valeur de la production en hausse de 63% en 2018

Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, a affirmé, hier, depuis la wilaya de Tiaret,  que la valeur de la production de la filière céréalière a enregistré, durant la campagne 2017-2018, une évolution significative, en passant de 135,3 milliards de dinars en 2017 à 220,2 milliards en 2018, soit une hausse de 63% par rapport à la campagne précédente. Lors de son allocution, prononcée à l’occasion d’une journée d’étude sur la filière céréalière, organisée par l’Office national interprofessionnel des céréales (OAIC), le premier responsable du département de l’Agriculture, a reconnu que « l’économie agricole souffre d’une faible structuration exposant cette activité fondamentale à la spéculation ».  Malgré ces défaillances, le ministre du secteur a tenu à souligner les efforts consentis par l’État en vue de valoriser la filière des céréales. «La valeur de la production de la filière est passée de 135,3 milliards de dinars en 2017 à 220,2 milliards en 2018, ce qui représente 7,5% de la valeur de la production agricole totale », a déclaré le ministre, en précisant que la production de blé dur, à elle seule, représente 776 milliards de DA. Plus loin dans ses chiffres, il a fait savoir que la production nationale céréalière réalisée à l’issue de la campagne 2017-2018 une hausse significative, en atteignant 60,5 millions de quintaux, contre 34,7 millions de quintaux enregistrés durant la campagne précédente, soit une hausse de 74,4%. Également, le ministre a fait savoir que la filière céréalière a créé plus de 600 000 emplois. En ce qui concerne les superficies emblavées, au titre de la même campagne, celles-ci ont atteint 3,5 millions d’hectares, soit la moitié des exploitations agricoles en Algérie. Pour ce qui est des légumes secs, Bouazghi a encore fait état d’une hausse de la production. En effet, celle-ci est passée de 770 153 quintaux à 1,3 million de quintaux, soit une hausse de 69%. Affirmant que ces avancées sont le fruit des multiples mesures prises par le gouvernement, pour le développement de la filière, à l’instar de la préparation de la campagne de labours-semailles et l’accroissement des prêts au profit des agriculteurs, le ministre a appelé l’ensemble des acteurs intervenants dans la filière à poursuivre ces efforts. Bouazghi n’a pas manqué, par ailleurs, d’appeler leurs acteurs à intervenir efficacement auprès de l’OAIC afin de consolider « les liens de coopération, de consultation et d’action commune dans le but de réaliser un saut qualitatif en matière de production ». Ainsi, il a appelé à « mettre en place un cadre efficace et cohérent pour soutenir la dynamique de développement amorcée par la filière des céréales et ouvrir un espace plus large pour la consultation ». De surcroît, il a indiqué qu’il est impératif de « corriger les dysfonctionnements qui entravent le développement de cette filière stratégique de l’économie nationale ». En ce qui concerne la campagne de labours semailles 2018-2019, Bouazghi a fait part d’une série de mesures visant à réussir celle-ci. Parmi ces mesures, il citera l’ouverture d’un guichet unique à travers 42 Coopératives de céréales et légumes secs (CCLS) , et ce, depuis le 15 juillet dernier. Il a ajouté, à ce propos, que la  quantité de semence contrôlée et certifiée mobilisée pour cette campagne labours-semailles est de trois millions de quintaux. Concernant la mobilisation des engrais au niveau des Coopératives de céréales et des légumes secs, elle a, elle aussi, atteint 3 millions de quintaux. Il a, en outre, fait part de l’installation d’une commission nationale pour la préparation et le suivi des campagnes de labours-semailles et de moisson-battage, et ce, au niveau du ministère, pour être à l’écoute des commissions de wilayas installées au niveau des zones de production.
Lamia Boufassa