BOUCHAREB À LA TÊTE DE L’APN : Bedda défend une élection «démocratique»

Si la succession de Mouad Bouchareb à la tête de l’Assemblée nationale, est passée comme une lettre à la poste, lors de la séance de vote de mercredi dernier, l’opposition parlementaire n’a toujours pas digéré la «procédure» par laquelle l’ex-président de la deuxième Chambre du Parlement national est poussé à la porte de sortie.
Chez les partis de l’Allégeance, par contre, c’est le comble du satisfécit pour une élection s’étant déroulée suivant les règles «démocratiques», comme défendu par Mahdjoub Bedda, ministre chargé des Relations avec le Parlement, en réponse aux critiques de l’opposition parlementaire. En d’autres termes, la consécration de Mouad Bouchareb, qui a hérité des guides de l’APN «est une opération démocratique car elle représente le choix de la majorité des membres de cette institution», a répliqué Bedda, dans une sortie médiatique faite à Bouira, jeudi, en marge d’une cérémonie de remise des clés de logements aux bénéficiaires. Le ministre du gouvernement croît même au retour de la sérénité après trois mois de crise lors dequels le feuilleton Bouhadja, l’opposant à ses compères de la majorité parlementaire, a provoqué une paralysie de l’APN, allant jusqu’à sa mise sous scellée pendant un moment, dans une action spectaculaire décidée par les députés FLN, RND, MPA, TAJ et les Indépendants. Bedda en veut pour preuve, à son propos, la reprise des travaux du Parlement à partir de demain et lesquels seront consacrés aux projets de loi de Finances 2019. Pour le reste, le ministre en charge des relations envers deux Chambres parlementaires se réjouit de l’accession au trône de l’Hémicycle «Zighoud Youcef» d’un jeune de 47 ans en remplacement de celui qui a longtemps roulé sa bosse au FLN.
F. Guellil