Bedoui-Essebsi

Bedoui aux travaux du Comité bilatéral frontalier algéro-tunisien : Les zones frontalières, un enjeu majeur de développement

Noureddine Bedoui, ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire, a réitéré, lors de l’ouverture des travaux du Comité bilatéral frontalier algéro-tunisien tenu samedi dans la capitale tunisienne, l’intérêt qu’attache son excellence le président de la République, Abdelaziz Bouteflika quant à l’urgence de s’atteler vers le développement des zones frontalières; attendu les enjeux sécuritaires qui en découlent.

Lors de son intervention, Bedoui a clairement argumenté que ces zones nécessitent un intérêt particulier au vu de leurs spécificités par rapport aux autres régions des deux pays, soulignant que le développement doit inclure tous les aspects d’une vie décente pour les populations de ces zones et leur désenclavement à partir de la mise en place des infrastructures de base qui ouvrent la voie à la construction des grandes infrastructures socioéconomiques.
Pour bien appuyer sa thèse, le ministre de l’Intérieur a expliqué que l’aménagement de la bande frontalière commune est à même d’impacter positivement les déplacements des personnes en leur permettant de bénéficier des services mutuels, notamment dans les domaines sanitaire, touristique et éducatif.
Pour le ministre de l’intérieur algérien, il est, entre autres, question de faciliter la coordination et l’échange d’assistance entre les corps de la protection civile en cas de catastrophes naturelles dans l’un des deux pays et la garantie de plus d’efficacité aux services sécuritaires face aux différentes formes de criminalité dans la bande frontalière commune.
Revenant sur les enjeux sécuritaires dans les zones communes, auxquels il a attaché une importance de premier rang, le ministre s’est dit satisfait des résultats enregistrés dans ce domaine, des résultats obtenus grâce, dira-t-il à la coordination étroite et à l’action commune entre les dispositifs sécuritaires des deux pays, rappelant que la sécurité des deux pays voisins est et demeurera intimement liée. Se montrant optimiste quant aux résultats positifs et acquis réalisés dans le cadre des discussions entre les corps de sécurité des deux pays, Noureddine Bedoui a rappelé la signature d’un accord sécuritaire, le 19 mars 2017, définissant les axes majeurs de coopération entre les deux parties en les invitant à conjuguer leurs efforts et à ‘échanger les expériences et les expertises pionnières acquises en matière de lutte contre le crime organisé sous toutes ses formes.
Pour le ministre algérien, les acquis en matière de coopération décentralisée entre collectivités territoriales algériennes et tunisiennes, à travers la signature de plusieurs conventions entre les capitales des deux pays et entre les wilayas frontalières visant « le noble objectif du développement de ces régions aux différents plans social, économique, culturel, touristique et bien d’autres, sont de nature à plaider en faveur d’une coopération plus large est plus soutenue afin de réaliser les buts escomptés.
Bedoui s’est dit convaincu que les experts et walis aboutiront à l’issue de cette rencontre à mettre à contribution des mesures et solutions pratiques capables de booster le développement au niveau des régions frontalières, un développement, touchant différents domaines et prenant en compte les spécificités de chaque région.
à préciser que le ministre de l’Intérieur effectue une visite officielle en Tunisie, où il co-préside avec son homologue tunisien Hichem Fourati, les travaux du Comité bilatéral frontalier Algéro-tunisien, auquel participent les walis des régions frontalières des deux pays.
À cette occasion et lors de son entrevue avec le président tunisien, Bedoui a axé ses échanges sur le développement des wilayas et des régions frontalières.
Zacharie S Loutari