Bedoui

Bedoui annonce un programme spécial en faveur des régions frontalières : Sécurisation et développement des espaces géostratégiques

Pour soutenir les efforts de développement dans les zones frontalières, deux accords ont été signés, hier à Alger, à l’issue de la rencontre nationale sur l‘aménagement et le développement des zones frontalières, qui a débuté hier à Alger au centre international des conférences (CIC) Abdelatif Rahal.

La première a été signée entre le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales et l’Agence spatiale algérienne (ASAL). La deuxième, entre le ministère de l’Intérieur, et des Collectivités locales, et l’École supérieure de commerce (EHEC Koléa). Au fait ce n’est pas tout. Car, à cette occasion, le ministre de l’Intérieur a fait le point hier, à Alger, sur le dossier du développement des zones frontalières, qui demeure selon lui «l’enjeu d’aujourd’hui», vu la spécifités de ces régions par rapport aux autres régions du territoire national.
C’est par ces mots qu’il a débuté, hier, son discours inaugural de la rencontre nationale sur l‘aménagement et le développement des zones frontalières dont les travaux prendront fin aujourd’hui. Au fait, rien n’est encore fini avant «la vulgarisation de la stratégie nationale de l’aménagement et du développement des zones frontalières et des espaces géostratégiques», souligne Bedoui, avant d’ajouter que «ces zones, représentent une partie indissociable du territoire national, et qu’elles ont le droit de se développer et de prospérer dans le cadre d’une stratégie globale et maitrisée».
En effet, présidant les travaux de cette rencontre, le ministre de l’Intérieur a précisé que «le futur des zones frontalières est déjà en marche». Rassurant, il indique dans ce sens que «l’ambition et le développement n’ont pas de limites».
Ainsi, joignant l’acte à la parole, le ministre de l’Intérieur a affirmé à cette occasion que «le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, fidèle à ses engagements et à ses positions de principe, a décidé de consacrer aux wilayas frontalières un programme spécial de développement et a chargé le gouvernement de l’élaborer le plus tôt possible ».
Mohamed Amrouni