Augmentation de l’allocation aux personnes handicapées : La volonté bute sur la crise des finances

Jugée incompatible avec les exigences des personnes aux besoins spécifiques, la loi du 8 mai 2002 relative à la protection et la promotion des personnes handicapées ferait actuellement l’objet d’une révision. La ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Ghania Eddalia, qui en a fait l’annonce souhaite toutefois que les moyens financiers adéquats qui permettent aux autorités publiques de réexaminer cette allocation soient réunis.

La ministre avait estimé jeudi que, compte tenu des conditions de vie actuelles de cette frange de la société et des difficultés auxquelles ils se heurtent, l’augmentation de l’allocation actuelle est une revendication légitime et équitable. Dans cette optique, Ghania Eddalia a affirmé que l’enveloppe budgétaire globale pour la couverture des dépenses de l’allocation de 4 000 Da en 2017 a dépassé 11 milliards DA et le nombre de bénéficiaires a atteint 243 941 handicapés. À cet effet, elle a souligné les efforts colossaux déployés par l’État dans la prise en charge sociale de cette frange à travers les différentes subventions accordées et qui traduisent l’ampleur des transferts sociaux au sein du budget de l’État en dépit de la situation financière que traverse le pays, rappelant les aides directes et indirectes destinées aux handicapés à l’image de la couverture sociale qui englobe la couverture sanitaire. La ministre avait indiqué que les personnes handicapées dont le taux d’invalidité est de 100%, ne pouvant pas travailler, âgés de plus de 18 ans et sans aucune source de revenu, bénéficieront d’une allocation financière de 4 000 DA par mois, outre les personnes handicapés dont le taux d’invalidité est inférieur à 100% et qui sont âgés de 18 ans et plus et sans source de revenu, ceux qui souffrent d’un handicap visuel ainsi que les familles chargées d’une ou de plusieurs personnes handicapées, lesquelles bénéficieront d’une allocation estimée à 3 000DA par mois. La ministre a fait savoir, en outre, que les personnes handicapées bénéficient également de la gratuité des transports ou de réductions des prix du transport dans le cadre d’accords conclus avec les entreprises publiques de transport urbain et suburbain à travers les 48 wilayas du pays, ajoutant que l’accompagnateur de la personne handicapée à 100% bénéficiera des mêmes mesures. Dans le cadre des opérations de solidarité avec les catégories vulnérables de la société, Eddalia a souligné que les personnes handicapées bénéficient des aides financées par la Caisse de Solidarité nationale dont l’achat des affaires scolaires, de subventions au profit des enfants handicapés et nécessiteux, l’acquisition de chaises roulantes et d’appareils auditifs ainsi que des fournitures pour enfants et adultes. À une question sur la séparation entre les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies mentales résidant dans les centres pour personnes âgées, Eddalia a indiqué que des commissions locales communes composées de représentants des secteurs concernés au niveau des wilayas ont été mises en place pour garantir un suivi sanitaire spécialisé et périodique dans ces centres. La ministre de la Solidarité nationale a fait savoir que son secteur s’attèle à la conclusion d’un accord de partenariat avec le secteur de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière à l’effet de garantir une meilleure prise en charge sanitaire et sociale des personnes atteintes de maladies mentales au niveau des centres spécialisés relevant du secteur de la Solidarité nationale.
Ania Nait Chalal