Bac

Au deuxième jour du BAC : Le sujet des mathématiques crée la panique

La seconde journée de l’examen national de Baccalauréat ne s’est pas déroulée comme l’avaient espéré les candidats. Contrairement au sujets de langue arabe et de sciences islamiques, qui étaient jugés faciles et abordables, l’examen de mathématique qui s’est déroulé jeudi a quant à lui créé la panique. Que ce soit chez les filières littéraires ou scientifiques, le constat était le même.

Connu pour être leur bête noire, le sujet des mathématiques est chaque année source de déception chez les candidats au Baccalauréat. Pour cette session 2018, le sujet en question n’a pas été de leur goût, du moins de la majorité. Programmés pour la seconde journée des épreuves, les deux sujets au choix proposés ont choqué les examinés, notamment ceux de la filière littéraire. Qualifiant les questions de difficiles et de compliquées, ils ont été nombreux à confier n’avoir pas su répondre. Certains ont même remis une feuille blanche, selon les témoignages que nous avons pu recueillir dans les différents centres d’examens d’Alger-est. Bien que cette matière ne soit pas principale pour les branches littéraires, elle a été quand même source de panique et d’inquiétude chez les candidats de cette filière. Mais pas que, puisque même ceux de branches scientifiques n’ont pas manqué d’exprimer leur déception à leur sortie des centres. La situation est d’autant plus compliquée chez ces derniers puisque les mathématiques figurent parmi les matières principales, comptabilisé avec un coefficient de 5. Les candidats ont qualifié les sujets de très compliqués mais restent, toutefois, convaincus que celui qui a été sérieux durant toute l’année n’aura pas de difficultés à y répondre. Certains, plus optimistes, prévoient même de se rattraper lors de l’examen de physique et de science naturelle.

Absence record et déception chez les candidats libres
Dans un autre cadre d’idée, les candidats libres au bac ont exprimé leur déception suite la proposition qu’examine le ministère de l’Education nationale de réduire le nombre de leur participation à cet examen à l’avenir. Approchés près de certains centres d’examens à Alger, des candidats libres ont exprimé leur rejet de la proposition annoncée par la ministre de l’Education nationale qui avait indiqué « pour l’instant, les candidats libres passent le bac autant de fois qu’ils veulent, mais dans le cadre de la réorganisation (des examens) une proposition sera faite pour limiter cette participation à deux fois en agissant sur le taux d’inscription à partir de la 3e tentative ». Précisant que les candidats libres inscrits à l’examen du baccalauréat session 2018 représentent 40% du nombre global des candidats, Benghabrit avait indiqué qu’il y a parmi ces candidats ceux qui passent leur bac pour la 10ème ou 15ème fois, alors que d’autres le repassent pour obtenir la moyenne qu’ils souhaitent de manière à ce qu’ils optent pour la spécialité qu’ils veulent, révélant également qu’il y a parmi ces candidats des fonctionnaires qui s’inscrivent à l’examen pour bénéficier de 5 jours de congé. Selon la ministre, le constat établi fait ressortir un taux d’absentéisme pour cette catégorie extrêmement important se situant entre 30 et 35%. À noter, en effet, que le premier jour du baccalauréat a connu un nombre record d’absents, notamment parmi les candidats libres. La wilaya d’Oran vient en tête avec 2265 absents dont la plupart sont des candidats libres, suivie de la wilaya d’El Oued avec 2177 absences, Tizi Ouzou 1955, Bouira 1553 et annaba 1500.
Ania Nait Chalal