Lakhdar Bouregâa

Après avoir subi une intervention chirurgicale : L’ONM appelle Zeghmati à la libération de Lakhdar Bouregâa

L’Organisation nationale des moudjahidine a adressé une lettre au ministre de la Justice, garde des Sceaux, Belkacem Zeghmati, dans laquelle elle l’appelle à libérer le moudjahid Lakhdar Bouregâa. « À la lumière du suivi quotidien de l’état de santé du Moudjahid Lakhdar Bouregâa et vu les derniers développements inquiétants de son état de santé, l’Organisation nationale des moudjahidine vous adresse cette sollicitation, en partant de considérations humaines et historiques, en relation avec le lien de ce moudjahid avec la guerre de libération», a écrit l’ONM, dans sa lettre, datée du 12 novembre et rendue publique, , hier à la presse nationale. Tout en faisant part de son inquiétude quant à l’évolution de l’état de santé de l’ancien chef militaire de la Wilaya IV historique, l’ONM a rappelé que celui-ci a subi, il y a quelques jours, une intervention chirurgicale au CHU Mustapha Bacha. « Comme vous le savez, la détérioration de l’état de santé de Lakhdar Bouregâa a nécessité son transfert en urgence de la prison d’El Harrach vers l’hôpital Mustapha Bacha d’Alger. Par conséquent, notre confiance reste entière en vous pour que vous preniez une initiative qui tienne compte des considérations déjà évoquées, afin de lui permettre de se retrouver au sein de sa famille et de bénéficier d’une meilleure prise en charge que nécessite son état », a précisé l’ONM.
Mais avant cet appel, il convient de rappeler que la position du moudjahid, quant à son éventuelle sortie de prison, était catégorique. En effet, bien avant cette hospitalisation, l’ancien chef militaire a fait savoir, à ses avocats, qu’il refusait d’être libéré sans les jeunes détenus du mouvement populaire.
Le commandant de l’ALN qui est incarcéré depuis le 30 juin pour « outrage à corps constitué et atteinte au moral de l’Armée », avait même refusé de répondre aux questions du juge d’instruction du tribunal de Bir Mourad Raïs lors de son audition du 22 octobre dernier, considérant que la « justice est sous tutelle d’un gouvernement illégitime ».
Lamia B.