APN et Conseil de la nation : Les députés FFS boycottent l’ouverture de la session parlementaire

Le groupe parlementaire du FFS (Front des forces socialistes) a boycotté, hier, l’ouverture de la session parlementaire des deux chambres du parlement, pour dénoncer «encore une fois l’hégémonie de l’Exécutif sur l’institution législative, qui s’est transformée en un comité de soutien pour les politiques d’échecs».

«Les Algériennes et Algériens aspirent à avoir un parlement souverain, qui exerce ses missions constitutionnelles et réponde aux défis auxquels est confronté le pays», ont expliqué les députés du FFS dans un communiqué hier. «Mais, hélas, le parlement avec sa majorité artificielle est très loin de ses attributions constitutionnelles et les aspirations du peuple». Le même communiqué a souligné que « cette deuxième session parlementaire de la huitième législation intervient dans un contexte politique, économique et social, caractérisé par le flou et des angoisses sur l’avenir du pays». Le plus vieux parti de l’opposition a fustigé le gouvernement qui, selon lui, «se démarque de ses responsabilités de présenter son bilan annuel et la déclaration de politique générale» et s’attaque également à la direction de l’APN qui «veut gagner du temps pour ne pas examiner son statut intérieur». Le groupe parlementaire du FFS a fustigé également «la gestion catastrophique» de la crise de l’épidémie du choléra et les déclarations des différents responsables concernés, appelant à constituer une commission d’enquête parlementaire pour protéger la santé publique.
Hamid Mecheri