Annaba : les prix des fruits et légumes flambent

C’est de nouveau une vertigineuse hausse des prix des fruits et légumes qui s’abat, depuis quelques jours, sur les marchés pour des raisons diverses. Les fêtes de fin d’année et avant le Mawlid ennabaoui. Cet état de fait a obligé les ménages à trouver un palliatif, en se rabattant sur les herbes sauvages comestibles, d’où cette spectaculaire ruée sur les champs et espaces garnis de verdure et herbes précoces, dont la carde sauvage qui dépasse de loin le reste des herbe en matière de croissance.
Ce sont des scènes désolantes qui nous renvoient à une certaine période durant laquelle a sévi la grande famine, et dont se rappelle avec une profonde tristesse et effroi la génération du 3ème âge. En effet, ces nuées de femmes et enfants, qui prennent d’assaut les champs autour des agglomérations depuis le début de ce mois, n’y vont pas pour cueillir des fleurs ou respirer un bol d’air frais ; ils partent chaque matin à la recherche de la carde sauvage pour garnir le fond de leurs marmites et remplacer ainsi les légumes hors de portée des petites et moyennes bourses. Il faut dire que les prix des légumes affichés au niveau des marchés défient toute logique, et que personne n’arrive à s’expliquer. En effet, la pomme de terre est cédée à 6 0 DA, les fèves vertes à 120 DA, l’oignon à 60 DA, le piment vert à 180 DA, la courgette à 150 DA et enfin la tomate à 100 DA, pour ne citer que les légumes de large consommation dont ne peut se passer aucun ménage sauf cas de force majeure. Ces prix « exagérés » sont à l’origine de ce recours de la plupart des ménages des zones rurales aux…herbes sauvages comestibles, notamment la carde « Khorchef ou Djemmar » sans compter les épinards, les blettes bien fournies en feuilles. » Cette dernière plante, étant fortement aromatisée avec un arrière goût semblable à celui de l’ail, est aussi très recherchée pour donner du goût à la pauvre marmite (dans tous les sens) et remonter la sauce. En zone rurale , on rencontre ces groupes de femmes, en majorité âgées et accompagnées quelquefois d’enfants, dans les champs tout autour des agglomérations. Équipées de couffins, sacs de jute, de binettes ou couteaux de cuisine, ces femmes s’attellent à déterrer la carde sauvage riche en azote et en fer qui a vu une croissance rapide grâce aux dernières pluies. Très nutritive, cette plante sauvage, mélangée à une poignée de fèves vertes, donne une sauce d’une saveur exceptionnelle, notamment pour le plat du couscous que l’on arrose d’habitude d’huile d’olive. Une fois la quantité voulue cueillie, ces braves mères de famille se regroupent dans un coin discret et s’assoient en cercle pour la débarrasser de ses pétales et ne garder que les tiges tendres, cela pour réduire le volume à emporter. De plus, il suffirait d’une dernière opération qui consiste en l’essorage et elle est fin prête pour aller droit dans la marmite. Ces honorables et courageuses mères de familles s’attellent à l’opération tout en échangeant des nouvelles et gagnent ainsi du temps en traitant la carde sur place ; ce qui leur permet, une fois rentrées, de préparer rapidement le repas à leur progéniture. Avec les moyens de conservation actuels ( refrigérateur ), la majorité de ces femmes consacrent une demi-journée pour cueillir la provision d’une semaine.
Les nostalgiques des plats d’antan, achètent un paquet de couscous d’orge pour s’offrir un repas des plus originaux, arrosé d’une sauce à la carde, de l’huile d’olive fraîchement triturée qu’on fait accompagner d’une cruche de petit lait ou de lait caillé. Il ne manquait au menu que la viande sèche qui a disparu de nos menus il y a bien longtemps.
K. B.