Enfants

ALORS QUE 90% DES HOSPITALISÉS NE SONT PAS VACCINÉS : Le variant « Delta » touche de plus en plus de jeunes et d’enfants

Avec la propagation rapide du variant Delta de la Covid-19 dans notre pays, les cas de contaminations et de décès est en augmentation, notamment chez les jeunes et les enfants, relevant que 90% des personnes hospitalisées et qui ont fait des complications ne sont pas vaccinées.

Et selon, le président de la Société algérienne d’immunologie et chef de service du laboratoire central de l’hôpital de Rouiba, Pr Kamel Djenouhat, la dangérosité des nouveaux variants de Covid-19 est plus enregistrée chez les jeunes moins de 45 ans. S’exprimant sur les ondes de la radio Aïn Témouchent, le Professeur a fait savoir que « 30% des patients atteints de coronavirus sont hospitalisés et environ 25% des décès sont des jeunes âgés de moins de 45 ans » ajoutant que les autorités sanitaires comptent sur la sensibilisation de cette catégorie pour qu’elle fasse plus attention ». Cependant il poursuit que le variant indien qui est derrière cette troisième vague de covid-19, que l’Algérie traverse, présente plusieurs symptômes « nous souffrons d’un problème de diagnostic précoce des cas de contamination, en raison du variant delta qui présente des symptômes variés, les autorités sanitaires avaient averti que le variant delta se propage de manière exponentielle, ce qui explique cette flambée de contaminations », a-t-il expliqué. Par ailleurs, le professeur a tenu à souligner que l’hypothèse d’une troisième dose de vaccin pour booster l’immunité n’a pas encore été envisagée et que la recherche scientifique travaillait toujours sur ce sujet.
De son côté, le membre du comité scientifique de suivi de le pandémie de covid-19, le Pr Riad Mahyaoui a réitéré son appel, lors de son passage sur les ondes de la chaîne 3, à une vaccination massive et immédiate comme la seule solution qui permettra d’endiguer la pandémie, «actuellement, l’objectif, c’est la vaccination de masse pour atteindre l’immunité collective », affirme-t-il. Recommandant le recours au secteur privé et aux officines pour accélérer la cadence de la vaccination, qui en appelle à « la responsabilité collective » les algériens pour adhérer à la campagne de vaccination et au respect du protocole sanitaire.
Toutefois, Mahyaoui a déploré que « 90% des patients covid-19 qui sont en hospitalisation et qui compliquent ne sont pas vaccinés, y compris parmi le personnel médical touché». Du coup, il dira que « durant cette troisième vague, nous en sommes à plus de 14000 patients sous oxygène à haut débit».
« Les soignants totalement débordés, les patients livrés à leur sort et les hôpitaux qui manquent de tout pour soigner les symptômes les plus basiques de l’épidémie, notamment l’oxygène ».

Décès de deux nourrissons par la Covid-19 à Sétif
En outre et lors de son passage sur la radio de Sétif, le Dr Hafida Cherif a annoncé le décès de deux nourrissons à l’hôpital de Sétif par le covid-19, et l’enregistrement de 12 cas de corona chez des nouveau-nés au mois de juillet, soulignant que parmi ces cas, certains sont guéris et d’autre en état stable. Expliquant que les enfants sont de « bons porteurs du virus », qu’ils le portent sans symptômes, ou avec des symptômes de Covid-19, précisant qu’ils compliquent rarement. Relevant, dans ce sillage, que les symptômes de l’infection par la covid chez les enfants, s’ils apparaissent, peuvent être combinés ou sporadiques et différent d’un patient à l’autre, notamment : fièvre, toux sèche, fatigue et épuisement, douleurs musculaires, éternuements, démangeaisons et écoulement nasal, également et en raison de la température élevée, de légers saignements, des douleurs peuvent survenir dans la gorge, diarrhée inhabituelle, rougeur des yeux. Concernant la vaccination des enfants, le médecin a précisé qu’il n’y a rien de certain à vacciner les enfants contre le virus Corona tant que les résultats des études sur cette catégorie n’ont pas été rendues, sachant que le Canada et certains pays européens recommandent de vacciner les enfants de plus de 12 ans.
Sarah Oubraham