alimentation en eau potable

Alimentation en eau potable : Un nouveau programme pour le renforcement du réseau à Béchar

Le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, a annoncé, samedi à Béchar, un nouveau programme de renforcement de l’alimentation en eau potable de cette wilaya dans le Sud-ouest.

«Nous allons mettre en œuvre quatre (4) nouveaux forages d’un global de 271 litres/seconde qui seront dotés d’un réseau de 17 km destinés au transfert vers la commune de Bechar du précieux liquide au profit de ses habitants», a précisé le ministre. Ce projet, d’un coût de 450 millions DA, enveloppe dégagée au titre du programme sectoriel, «permettra une sécurisation des besoins en eau des populations, afin de faire face au rétrécissement, pour cause d’insuffisances, des apports des crues au remplissage du barrage de Djorf Ettorba, dont la retenue actuelle est de 56 millions m3», a indiqué M. Necib. La station de traitement des eaux de ce barrage, dont la capacité de retenue est de 365 millions de m3, fera aussi l’objet de travaux de réhabilitation, de rénovation et d’extension, au titre du même programme de renforcement de l’AEP des villes de Béchar et Kenadza, a-t-il ajouté. Cette opération permettra à cette station d’augmenter ses capacités de traitement des eaux du même barrage à 44 000 m3/jour au lieu des 30.000 m3/j actuellement. Le ministre des Ressources en eau a aussi annoncé des travaux de surélévation de 1,4 mètre de la retenue du barrage de Djorf Ettorba, ce qui permettra un gain de 160 millions de m3 de stockage des eaux des crues de l’oued-Guir, au titre d’une opération d’un coût de 160 millions DA portant sur le confortement de cet ouvrage hydraulique. En marge du programme de renforcement de l’AEP, Hocine Necib a aussi fait part du dégel du projet de réalisation de la station de traitement et d’épuration des eaux usées au profit du chef-lieu de wilaya. Cette nouvelle structure, dont le lancement des travaux est projeté courant de cette année, permettra le traitement et l’épuration à l’aide de nouveaux systèmes, dit tertiaire, de plus de 40.000 m3 d’eaux usées qui seront destinées à plusieurs utilisations, dont le remplissage du lit de Oued Béchar, dont l’étude d’aménagement et de reprofilage vient d’être finalisée.

Une valeur ajoutée urbaine et environnementale
«Nous comptons concrétiser ce projet d’aménagement et de reprofilage de ce cours d’eau d’une longueur de 19 km pour en faire une valeur ajoutée urbaine et environnementale pour la commune de Béchar, où il est prévu également la réalisation de plusieurs projets attractifs au bénéfice de la population locale», a affirmé le ministre. Le programme de renforcement de l’AEP de Bechar et de Kenadza va permettre aux habitants de ces régions d’être alimentés normalement en eau durant toute la prochaine saison estivale, a-t-il assuré. Auparavant, le ministre des Ressources en eau a pris connaissance du projet de rénovation du réseau d’AEP de Béchar, dont 375 000 mètres linéaires ont été complètement rénovés, soit un taux de 68%, ce qui s’est concrétisé par la satisfaction des besoins quotidien en eau de127.537 habitants sur un global de 209 077 habitants, soit un taux de 61%. Actuellement, le taux de la population desservie quotidiennement par ce réseau est passé de 6 à 30%, tandis que celui des populations desservies en un jour sur deux est passé de 55 à 45%. Ce dernier taux sera réduit incessamment avec la mise en service de trois réservoirs d’une capacité globale de 9.000 m3, a-t-on expliqué. M. Necib a également pris connaissance du développement des études en cours pour la réalisation de trois nouveaux barrages dans les communes de Beni-Ounif, Igli et Abadla, qui seront édifiés dans le cadre de la stratégie nationale de mobilisation des ressources hydriques superficielles, notamment dans le sud du pays, a-t-il dit. Le ministre des Ressources en eau a achevé sa visite de travail, d’une journée, dans la wilaya par l’inspection du projet d’une prise pour le traitement des eaux du barrage de retenue d’Abadla, qui dispose d’une capacité de stockage de 1 million de m3, des excédents des crues de oued-Zousfana et des lâchers d’eaux du barrage de Djorf Ettorba. Cette prise, d’un linéaire de 15 km, a nécessité un investissement sectoriel de plus de 250 millions DA pour sa réalisation. Sa réception se fera avant fin de 2018.