MAEp2

ALGÉRIENS ESPIONNÉS PAR LE MAROC : L’Algérie condamne vigoureusement et tient sa stratégie de riposte

L’Algérie a exprimé jeudi sa « profonde préoccupation » suite à l’utilisation par le Maroc du logiciel d’espionnage « Pegasus » contre des responsables et citoyens algériens et condamne « vigoureusement cette inadmissible atteinte systématique aux droits de l’homme et libertés fondamentales ».

«L’Algérie exprime sa profonde préoccupation suite aux révélations émanant d’un consortium de nombreux organes de presse de grande renommée professionnelle et faisant état de l’utilisation à large échelle par les autorités de certains pays, et tout particulièrement par le Royaume du  Maroc, d’un logiciel d’espionnage dénommé +Pegasus+ contre des responsables et citoyens algériens, ainsi que des journalistes et des défenseurs des droits de l’homme à travers le monde »,  souligne la  déclaration du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger.
« L’Algérie condamne vigoureusement cette inadmissible atteinte systématique aux droits de l’homme et libertés fondamentales qui constitue également une violation flagrante des principes et normes régissant les relations internationales », ajoute la déclaration, affirmant que « cette pratique illégale, malvenue et dangereuse, met en péril le climat de confiance qui doit présider aux échanges et interactions entre les responsables et représentants des États ».
« Étant directement concernée par ces attaques, l’Algérie se réserve le droit de mettre en œuvre sa stratégie de riposte et se tient prête à participer à tout effort international destiné à établir collectivement les faits et à faire la lumière sur la matérialité et l’ampleur de ces crimes
qui menacent la paix et la sécurité internationales, ainsi que la sécurité humaine », souligne le communiqué. « Toute impunité constituerait un précédent extrêmement dommageable à la conduite de relations amicales et de coopération entre les États conformément au droit international », conclut la déclaration du MAE.
Pour rappel, une enquête du consortium Forbidden Stories et Amnesty International, a révélé que près de 6000 numéros de téléphone algériens — dont certains appartenant à des hauts responsables politiques  – ont été recensés comme cibles potentielles du logiciel Pegasus, commercialisé par l’entreprise israélienne NSO. Ce scandale  des appareils sécuritaires marocains intervient alors qu’Alger a décidé dimanche dernier de rappeler son ambassadeur à Rabat pour «consultations» à la suite de la grave déclaration de l’aventurier  ambassadeur du Maroc à l’ONU attentant à l’unité nationale.
M. Bendib