ETUSA

Alger : l’ETUSA met en place un programme spécial Aïd El Fitr

L’Établissement de transport urbain et suburbain d’Alger (ETUSA) a conçu un programme spécial Aïd El Fitr, dans le but de « permettre à la population algéroise de se déplacer aisément vers les différents cimetières » de la capitale, a indiqué mercredi cet établissement dans un communiqué. Selon cette même source, « cinq stations (points de départ) ont été désignées pour desservir en navettes spéciales les nombreux cimetières d’Alger, notant que les premiers départs sont fixés à 6h00 du matin et les derniers à 13h00, et ce, avec une fréquence de passage de 40 minutes pour chaque bus. » Ainsi, ce programme spécial se fera depuis la station Place du 1er mai à destination des cimetières d’El Alia, Garidi, Sidi Yahia, El Madania et Ben Aknoun, précise la source. Il comprend également des départ à partir de la station Place des martyrs vers les cimetières El Kettar (côté haut), El Kettar (Côté bas), Aïn Benian et Bouzaréah. Comme il y aura également des départs à partir de la station Chevalley vers les cimetières Beni Messous, Dely Brahim et Ouled Fayet. Le programme comprend aussi des départs à partir de la station Bachdjarah vers le cimetière El Alia par Sidi Tayeb et à partir de la station El Harrach à destination des Cimetières El Alia par Sidi Tayeb. En outre, ajoute la même source, des liaisons sont également prévues au départ des localités de Chaibia, Birtouta, Sidi M’hamed, Ed Dalia, Zeralda et Rouiba pour rallier les différentes stations de liaisons. Elle note également que d’autres cimetières seront également desservis par le réseau de lignes régulières à l’exemple de Aïn Benian, Miramar, Rouiba, Sidi Mennif, Aïn Taya et Heraoua.

Aïn Defla : un mort et trois blessés dans un accident de la route
Une (1) personne est décédée et trois (3) autres ont été blessées vendredi à Aïn Defla dans un accident de la circulation survenu sur le tronçon de l’autoroute Est-Ouest traversant la wilaya, a-t-on appris de la direction locale de la Protection Civile.
L’accident s’est produit au lieu-dit «village agricole» relevant de la commune de Djellida lorsqu’un véhicule utilitaire a percuté par derrière un véhicule touristique qui roulait devant lui, causant le décès d’une femme (30 ans) et des blessures à son mari (30 ans) et à leurs deux enfants (2 et 3 ans), a-t-on indiqué, signalant que les blessés ont reçu les premiers soins sur le lieu même de l’accident. Les victimes ont été transférées respectivement vers la morgue et le service des urgences de l’hôpital du chef-lieu de wilaya, a-t-on précisé.

Saisie de près de 30 kg de cannabis traité dans plusieurs wilayas
Près de 30 kilogrammes de cannabis traité et une quantité de psychotropes ont été saisis lors d’opérations menées par les forces de police des sûretés de plusieurs wilayas du pays, indique vendredi la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué. «Dans le cadre de la lutte contre la criminalité, notamment la détention et le trafic illicite de stupéfiants, les forces de police des sûretés de wilaya de Tlemcen, Blida, Batna, El-Taref, Sétif et Annaba ont saisi récemment 29,937 kilogrammes de cannabis traité», précise la même source. D’autres opérations de police, menées dans la wilaya d’Alger, ont permis l’interpellation «de 137 individus suspects impliqués dans divers délits lors de descentes dans plusieurs quartiers de la capitale, lesquelles se sont soldées par la récupération de 971 comprimés psychotropes, une quantité de cannabis traité et des armes blanches», ajoute le communiqué. À El-Taref, des opérations de recherches menées par la police à travers leur secteur de compétence se sont soldées par l’interpellation «de plusieurs présumés auteurs impliqués dans des Affaires liées au trafic de psychotropes et la récupération de 4 742 comprimes psychotropes».

Saisie de plus de 1,7 million, de paquets de tabac à chiquer à Oran
Les éléments du groupement territorial de la Gendarmerie nationale d’Oran ont saisi plus de 1, 7 million de paquets de tabac à chiquer découverts dans un atelier clandestin de fabrication de ce produit, a-t-on appris vendredi de ce corps de sécurité. Muni d’un mandat de perquisition délivré par le procureur de la République du tribunal de Gdyel, les gendarmes ont procédé, mardi dernier, à la localisation et à la fouille de cet atelier clandestin, situé dans la zone industrielle de Hassi Ameur, relevant de la commune de Hassi Bounif, indique un communiqué de ce groupement. Sur place, indique-t-on de même source, les enquêteurs ont procédé à la saisie de 25 tonnes de matière première destinée à la fabrication du tabac à chiquer, de 15 tonnes de terre de diatomée ainsi que quelque 1 755 680 paquets de différents types de tabac à chiquer prêts à être écoulés sur les marchés. Les gendarmes ont également découvert quelque 174 seaux contenant 2 436 kilos de tabac à chiquer prêts à être emballés. Une somme de 1,4 million de DA ainsi que six machines servant dans la fabrication de ce produit ont été également saisis, ajoute-t-on de même source. Une enquête a été diligentée pour connaitre les tenants et aboutissants de cette affaire.

Six détenus s’évadent en une semaine en France
Pas moins de six (6) prisonniers se sont évadés des prisons françaises en l’espace d’une semaine dont cinq cas d’évasions ont eu lieu lors d’une extraction médicale, rapportent jeudi des médias locaux. Selon BFM TV, un prisonnier de Saint-Quentin-Fallavier, en Isère, s’est échappé lors d’un transfert vers l’hôpital, alors qu’il était menotté. Il était en attente d’un jugement en cour d’assises pour violences sur conjoint. Les autres évadés étaient détenues pour des faits de droit commun, tels que des vols ou du trafic de stupéfiants. Mardi, deux autres détenus hospitalisés se sont échappés. La veille, un détenu s’est évadé à Béthune dans le Pas-de-Calais alors qu’il se rendait à un rendez-vous médical. Ce jour-là, un autre prisonnier, qui lui était hospitalisé, « s’est également échappé, de même que l’ont fait mardi ». Les syndicalistes estiment que les agents pénitentiaires manquent de moyens sécuritaires pour assurer ces transferts. Pour Yoan Karar, secrétaire général adjoint du syndicat national pénitentiaire, cité par des médias, son syndicat réclamait une augmentation de personnel pour de telles extractions, mais surtout d’équiper les agents d’armes non létales pour pouvoir stopper de tels actes. En 2018, seulement dix (10) évasions ont été constatées, selon les médias.

Le Big Ben de Londres célèbre son 160e anniversaire
La plus célèbre horloge du monde Big Ben a fêté vendredi son 160e anniversaire, alors que des travaux de conservation sont toujours en cours afin de garantir son avenir, a-t-on indiqué dans la capitale britannique, Londres. Le Big Ben de Londres qui surplombe le siège du Parlement britannique, est l’une des attractions les plus photographiées de la capitale britannique. l’Horloge a été installée dans la tour Elizabeth en avril 1859 et est dotée d’un double échappement révolutionnaire à trois pattes, qui garantit sa précision en s’assurant qu’elle n’est pas affectée par des facteurs externes tels que la pression du vent sur ses aiguilles. Après sa première installation, l’horloge a connu une défaillance à cause de ses aiguilles en fonte, trop lourdes. Une fois remplacées par des aiguilles en cuivre plus légères, elle a commencé à fonctionner normalement à partir du 31 mai 1859. L’équipe de spécialistes en horlogerie du Parlement a démonté la grande horloge pièce par pièce pour procéder à la plus grande révision jamais faite de tous ses composants, alors que la restauration de la tour Elizabeth se poursuit. Des milliers de composants pesant plus de 11 tonnes ont été extraits de la tour avant le début des travaux. Un moteur électrique a été temporairement installé pour entraîner les aiguilles de la cloche pendant la restauration du mécanisme. Une fois le travail essentiel de conservation de la tour Elizabeth terminé, les pièces de l’horloge seront remontées dans la tour avant d’être réassemblées à nouveau. «Après 160 ans d’utilisation quasi continue, le mécanisme de l’horloge reste dans un état remarquable. Il a été bien entretenu au fil des ans.
Nous le nettoyons, et nous inspectons, peignons et mettons à l’essai chaque pignon et chaque roue, afin de garantir qu’il est capable de carillonner les heures pour la nation, pour encore 160 ans et même plus», a déclaré Ian Westworth, horloger du Parlement. L’histoire de l’horloge remonte encore plus loin qu’en 1846, lorsque l’astronome royal Sir George Airy dirigea un concours pour concevoir et construire l’horloge. M. Airy voulait voir la tour à horloge la plus précise du monde avec moins d’une seconde de déviation par jour.