Harraga

AïN EL-TURK (ORAN) : Deux réseaux de passeurs de harraga démantelés

La guerre contre les réseaux de passeurs s’est intensifiée ces derniers jours. Dans ce cadre, nous avons appris que les services de sécurité ont démantelé, à Aïn El-Turk,  deux réseaux spécialisés dans l’organisation de voyages de harraga.

En effet, des sources ont indiqué que les éléments de la police relevant de la sûreté de daïra, grâce à l’exploitation d’informations qui leur sont parvenues ont réussi, la semaine dernière,  à démanteler deux réseaux qui s’apprêtaient à organiser des voyages, clandestins vers l’autre rive de la Méditerranée. Au cours de l’enquête, les policiers ont réussi à mettre la main sur deux barques, deux moteurs marins de 120 chevaux chacun, du matériel de navigation, des gilets de sauvetage, deux  véhicules utilisés par les malfaiteurs, et un montant d‘argent estimé à près de 5 millions de dinars. Six  individus, âgés de 20 à 36 ans, faisant partie des deux réseaux ont été interpellés au cours des opérations de démantèlement. Il y’a lieu de souligner que les réseaux de passeurs se sont montrés très actifs ces derniers jours. Profitant de la conjoncture marquée par le confinement sanitaire et par des conditions climatiques favorables, ils ont redoublé de férocité en proposant leurs services même à des familles qu’ils n’ont pas hésité à mettre en mer, dans des conditions déplorables, comme ce fut le cas il y’a quelques jours à Mostaganem, au large de Ouled-Boughalem. Cette tentative avait connu une fin dramatique puisque l’embarcation qui tranportait ces candidats à l’émigration clandestine s’était renversée, entrainant la mort de huit personnes, dont 5 enfants d’une même famille. Ces réseaux ont poussé le culot jusqu’à ressusciter certaines voies detraversée comme les Iles Habibas et les plages de la wilaya de Aïn-Témouchent qui avaient connu, ces dernières années, une nette régression des tentatives de traversée, grâce au travail des unités des garde-côtes qui ont redoublé de vigilance en mer, et au travail des services de sécurité sur la terre ferme, qui avaient démantelé plusieurs bandes de malfaiteurs spécialisées dans l’émigration clandestine. Ces derniers jours, plusieurs embarcations qui avaient pris la mer des plages de cette région ont été soit secourues  en mer,  après des difficultés, soit interceptées par des unités des garde-côtes. Par ailleurs, nous avons appris que la mer a rejeté, hier, dans des plages du village côtier d’Aïn El-Kerma à l’Ouest du chef-lieu de la wilaya d’Oran, trois cadavres dont celui d’une fillette âgée de 10 ans. Le premier cadavre, celui d’un homme âgé de près de 25 ans,  a été découvert dans une zone rocheuse près de la plage Madagh, a indiqué un communiqué de la Protection civile. Les autres dépouilles ont été rejetées par les vagues quelques heures après. Il s’agit de celles d’une fillette âgée de 10 ans et d’un homme âgé de 35 ans, découvertes au niveau de la plage rocheuse dite « Pilissi ». Ces cadavres seraient probablement ceux de victimes du renversement d’une barque à Ouled-Boughalem, dans la wilaya de Mostaganem, il y’a quelques jours, indiquent des sources.
S. Ben